A priori, c’est un non-sens : le pain que nous connaissons est fait de farine, souvent blanche, et donc presque entièrement de glucides. Mais non. Les maîtres boulangers ont remis au goût du jour d’anciennes recettes et nous avons maintenant du pain à haute teneur en protéines.

Cela peut sembler être un non-sens nutritionnel : le pain a toujours été considéré comme une source de glucides, avec toutes les implications que cela a sur le bon équilibre d’un repas ou d’une collation.

Mais, comme nous le savons tous, la recherche et la créativité culinaire n’ont pas de limites, et nous disposons désormais d’un type de pain spécial, disponible aussi bien dans les supermarchés que chez le boulanger à domicile (presque tous), adapté à certains régimes… ou aux gourmets curieux. Il s’agit du pain protéiné : jetons un bref coup d’œil à ses propriétés et à ses avantages.

Pain protéiné : propriétés nutritionnelles

Le pain protéiné est fabriqué à partir d’un mélange de farines de graines et de légumineuses, par exemple de sésame, de lin, de citrouille, de soja, auxquelles on ajoute très peu de farine de céréales comme l’avoine, ainsi que de l’huile de tournesol, dans certains cas du lait de soja et de la levure.

Lire aussi :  Le régime alimentaire et la méthode Adamski

D’un point de vue nutritionnel, voici les propriétés du pain protéiné, en prenant une moyenne des produits actuellement sur le marché ; 100 grammes de pain protéiné contiennent donc :

253 calories environ ;

16 g de graisses ;

7,5 g d’hydrates de carbone ;

20 g de protéines.

Pour mieux apprécier les différences avec le pain ordinaire, rappelez-vous que 100 grammes contiennent :

3 à 10 g de protéines ;

entre 50 et 90 g de glucides ;

entre 300 et 400 calories, selon le type de farine utilisé.

Pain protéiné : les avantages

Les puristes du pain, y compris mon père le boulanger (M. Farina…nomen omen), se demandent peut-être pourquoi faire un pain qui contient la même protéine qu’un steak.

J’entends déjà leurs objections :  » Pourquoi ne pas manger des œufs, ou des légumineuses ? « . Très vrai et légitime.

Cependant, il existe différentes situations de santé dans lesquelles la consommation de glucides doit être réduite de manière drastique, et un pain protéiné pourrait satisfaire le palais sans nuire au régime prescrit par le médecin. Voici quelques exemples :

Certaines maladies neurologiques ;

le diabète de type 2 ;

les maladies affectant le métabolisme des glucides, par exemple le syndrome de déficience en GLUT1 ;

certains régimes alimentaires particuliers (par exemple, le régime cétogène) ;

Même pour ceux qui ne sont pas au régime, de nombreuses personnes peuvent tirer un grand bénéfice de l’utilisation du pain protéiné, voici quelques catégories de personnes :

Lire aussi :  Pommes et régime : quand les consommer

Les sportifs qui veulent augmenter leur quota de protéines pour la récupération des activités et la masse musculaire ;

ceux qui sont soucieux de leur consommation de fibres, car le pain protéiné est particulièrement riche en fibres ;

ceux qui doivent maintenir un poids corporel sain, car les protéines – contenues en grande quantité dans le pain protéiné – favorisent la satiété ;

Il existe peu d’avertissements et de contre-indications possibles, mais nous recommandons toujours un avis médical dans des situations particulières :

Le pain protéiné peut ne pas convenir au régime des personnes souffrant de la maladie cœliaque car il contient du blé et du gluten ;

Attention aux allergies : le pain protéiné peut contenir du soja et des traces de noix ou de sésame ;

dans certaines situations, un excès de protéines mal équilibré dans un régime alimentaire pourrait avoir des conséquences négatives pour la santé, par exemple en cas de problèmes rénaux graves ou d’autres maladies métaboliques telles que la phénylcétonurie, où le pain protéiné n’est pas du tout recommandé.