15 conseils pour gérer les crises de colère des enfants et élever des enfants sains sur le plan émotionnel.

On les appelle les « terribles 2 ans », les « confiants 3 ans » et les « délicieux 4 ans », mais en réalité, il peut être plus difficile de s’occuper d’enfants de 3 ans que lorsqu’ils avaient 2 ans.

Voici 15 conseils qui vous aideront à aimer à nouveau votre rôle de parent (ou au moins à tenir la journée).

1. Criez moins, aimez plus

Crier est un mécanisme de défense, une technique que nous utilisons lorsque rien d’autre ne fonctionne. Mais les cris peuvent blesser les enfants plus que nous ne le pensons – ils peuvent entraîner un changement immédiat de comportement, mais à long terme, ils peuvent causer de réels dommages psychologiques. Au lieu des cris et des punitions sévères, les enfants ont besoin d’une éducation positive pour un développement sain de leur cerveau. Le Dr Joan Luby est professeur de pédopsychiatrie et directrice du programme de développement émotionnel précoce à la faculté de médecine de l’université Washington à St. Louis. Ses recherches montrent que l’utilisation de la parentalité positive pour les enfants en situation de stress, plutôt que les gronderies ou les châtiments corporels, est en fait associée à une augmentation de la taille de certaines zones du cerveau. Donc, si vous vous surprenez à crier trop souvent sur vos enfants, il vous faut d’autres options pour maintenir la discipline. Lire la suite.

2. Étiqueter (nommer) les comportements

Au lieu de vous mettre en colère, étiquetez les comportements. J’ai tiré cette leçon de La Rue Sésame(voir note 1. à la fin de l’article) – il y a une scène où Cookie Monster est accusé de mentir sur le vol de biscuits. Frustré et contrarié, Cookie Monster dit : « Je suis un carcajou, pas un menteur ». Si Sesame Street peut utiliser des mots comme « gloutonnerie » pour qualifier un comportement, alors je le peux aussi. Nous pouvons donc utiliser des mots comme « gourmandise », « patience », « gentillesse » et « diligence ». Cela me semblait étrange au début, mais maintenant j’aime bien quand mon enfant de 6 ans répond à son frère qui le taquine : « Ce n’est pas gentil ».

Lire aussi :  Aliments et substances qui affectent le sommeil

3. Être à l’écoute de ses enfants

La clé pour élever des enfants sains sur le plan émotionnel est la syntonisation, c’est-à-dire la façon dont vous reconnaissez les besoins de votre enfant à tout moment. La syntonisation, en pratique, consiste à se mettre à la place de votre enfant et à répondre à ses besoins avec la sagesse d’un parent. Essayez d’identifier l’origine de son comportement – pourquoi votre enfant ne veut pas mettre ses chaussures ou pourquoi il pique une colère – puis adaptez les conséquences en conséquence. Lorsque nous sommes à l’écoute des enfants, nous ne nous contentons pas de donner des temps d’arrêt (voir la note 2. à la fin de l’article) en réponse à un mauvais comportement. Nous devrions plutôt nous demander « pourquoi » un enfant a un comportement anormal. Lorsque nous comprenons l’origine du mauvais comportement d’un enfant, nous sommes mieux à même de répondre aux besoins de l’enfant, de l’aimer et d’obtenir un comportement sain à long terme.

4. Donnez à votre enfant de l’attention fréquemment et à petites doses

Si votre enfant de 3 ans vous arrache votre téléphone portable des mains, tape sur le clavier de l’ordinateur pendant que vous travaillez ou renverse la pile de vêtements fraîchement lavés, ce conseil est pour vous. Je sais que votre enfant veut avoir toute votre attention en permanence, mais ce n’est tout simplement pas possible si vous essayez de faire la lessive, de faire des courses, de lire vos e-mails ou d’avoir une vie. Ainsi, dès que vous vous rendez compte que votre enfant essaie d’attirer votre attention, accordez-lui quelques secondes d’attention complète. Regardez-le droit dans les yeux, posez-lui quelques questions et écoutez sa réponse. Utilisez le langage corporel pour montrer votre pleine attention, en posant le téléphone, par exemple. Tout en écoutant ses réponses, réfléchissez à la manière de rediriger son intérêt ;

5. Rediriger avec créativité

Essayez de rediriger son comportement dès le début et d’une voix affectueuse. Posez-vous la question suivante : « Pourquoi mon enfant se comporte-t-il ainsi ? De quoi a-t-il vraiment besoin ? ». Les comportements agressifs nécessitent généralement une réorientation physique. Par exemple, si un enfant lance des jouets ou crie, il peut avoir besoin de faire du vélo dehors pendant un moment. Si, au contraire, il est allongé sur le sol et pleurniche, il a peut-être besoin d’attention et d’une activité calme – essayez de lui lire un livre.

Lire aussi :  Calmer les nerfs des enfants

6. Touchez votre bébé plusieurs fois par jour

La plupart des enfants de 3 ans ont besoin de beaucoup de câlins et de caresses, même si vous n’êtes pas prêt. Mettez donc votre travail de côté pour un moment et serrez votre enfant dans vos bras plusieurs fois par jour. N’oubliez pas de lui dire « Je t’aime », surtout lorsqu’il se comporte mal.

7. Anticiper la répétition d’un comportement obstiné

Les enfants, comme les adultes, ont des schémas de mauvais comportement. Ils font les mêmes mauvaises choses, encore et encore. Luttez-vous chaque matin pour les habiller ou les asseoir dans le siège de la voiture ? En reconnaissant ces comportements, vous pouvez intervenir rapidement et encourager votre enfant à faire de bons choix. J’avais une petite fille de trois ans qui refusait d’être attachée dans un siège de voiture parce qu’elle savait qu’elle pouvait contrôler toute la famille – la voiture ne bougerait pas tant qu’elle ne serait pas attachée. Plus elle refusait, plus les autres enfants étaient en colère, et plus elle se sentait puissante. Un jour, en allant à la voiture, j’ai dit : « Si tout le monde dit trois fois ‘On t’aime’, je peux t’attacher sur le siège de la voiture ? » Elle a répondu : « D’accord, mais vous devez le dire cinq fois. » C’est ce que nous avons fait et tout le monde a ri. En lui donnant le contrôle d’un petit problème, j’ai pris le contrôle de toute la situation.

8. Définir des attentes claires

Rédigez une liste de règles familières. Pour les enfants de 3 ans, faites une liste courte et simple. Par exemple, 1) utiliser des voix affectueuses, 2) obéir à papa et maman, et 3) ne pas faire de mal aux autres. Discutez des règles tous les jours, et félicitez les réussites au dîner ou avant le coucher.

9. Enseigner l’obéissance

Les enfants ne naissent pas obéissants. Nous devons leur apprendre cela. Les enfants de trois ans recherchent naturellement l’autonomie et lutteront contre l’obéissance. L’astuce consiste à leur apprendre qu’ils veulent être obéissants, qu’ils reçoivent beaucoup de louanges et d’encouragements lorsqu’ils font ce que vous dites. Pour leur apprendre à être obéissants, jouez au jeu « Simon Says » (voir note 3. à la fin de l’article), en le changeant par « Maman dit » ou « Papa dit ». Commencez par des gestes typiques comme les tapes sur la tête et les claquements de mains, puis passez au rangement des jouets.

10. Des efforts pour des louanges, aucun résultat

Essayez de féliciter votre enfant dix fois plus que vous ne le corrigez, mais faites-le de la bonne manière. Trop d’éloges peuvent en fait avoir un effet inverse sur les enfants – vous risquez de fixer des attentes trop élevées et de les amener à craindre l’échec. Le magazine The New York Times propose un excellent résumé des recherches à l’origine de cet effet paradoxal.

Lire aussi :  Moringa oleifera : hépatoprotection et néphroprotection après la prise de médicaments

11. Faire un graphique du comportement avec des autocollants

Les autocollants ne seront jamais plus puissants qu’ils ne le sont pour un enfant de 3 ans. Profitez-en. Faites un tableau d’autocollants et commencez à noter les jours où votre enfant reste au lit, garde ses sous-vêtements secs toute la journée, etc.

12. Soyez cohérent

La cohérence ne signifie pas qu’il faille infliger des punitions sévères ou crier, mais qu’il faut s’attaquer systématiquement aux mêmes comportements problématiques. Si vous ne laissez pas vos chaussures par terre le lundi, vous ne pourrez pas les récupérer pour votre enfant le mardi. Toutefois, cela ne signifie pas que votre enfant a besoin d’être grondé.

13. S’entendre avec les autres personnes qui s’occupent de l’enfant

Quels systèmes de récompense positive sont en place dans la classe préscolaire de votre enfant ? Que se passe-t-il chez la grand-mère ? Les règles à l’école et à la maison doivent être aussi semblables que possible.

14. Si tout le reste échoue, utilisez les temps morts.

Ne vous mettez pas en colère, demandez simplement à votre enfant de faire une pause (voir la note 2. à la fin de l’article), et ramenez-le s’il n’y va pas. Veillez à identifier à l’avance un endroit précis pour le temps d’arrêt et essayez d’être cohérent à ce sujet. Donnez une minute de temps mort pour chaque année de vie, ou dites-lui qu’il doit rester là jusqu’à ce qu’il arrête de pleurer, mais soyez doux. Si votre enfant donne des coups de pied et crie, mettez-le en position de temps mort, mais dites-lui que vous l’aimez. Résistez à la tentation d’argumenter et demandez une raison. C’est un enfant de 3 ans. Il ne sera pas raisonnable.

15. Prenez soin de vous : demandez de l’aide

Parlez de la situation. Faites une pause. Et n’oubliez pas que les quatre ans viendront bientôt.