Nous avons souvent tendance à considérer la guérison comme le résultat d’un traitement médical et/ou pharmacologique, mais les facteurs qui contribuent à l’efficacité d’une thérapie relèvent de domaines beaucoup plus larges, notamment les représentations symboliques et les codes culturels partagés au sein d’une communauté. Voyons quels sont les facteurs qui contribuent à l’efficacité des processus de guérison.

Dans le domaine de la biomédecine, la guérison est considérée comme le résultat, défini en termes objectifs et scientifiquement mesurables, de l’efficacité de la thérapie ou des médicaments pris par le patient pour rétablir son état de santé.

Cette conception de l’efficacité thérapeutique est critiquée du point de vue de l’anthropologie médicale car elle se base essentiellement sur les aspects biologiques de la relation entre le patient et la thérapie, laissant de côté les aspects culturels, sociaux, émotionnels et symboliques qui influencent chaque moment de la vie de l’être humain, y compris le processus de guérison.

La connaissance de ces aspects permet de comprendre le réseau complexe d’interrelations entre le rôle actif du patient et ses attentes, les représentations symboliques et les horizons culturels de référence des acteurs impliqués dans le processus de guérison.

En outre, le concept d’efficacité symbolique conduit inévitablement à une réflexion sur l’interconnexion entre le corps et l’esprit, c’est-à-dire entre les aspects biologiques et non biologiques de l’être humain.

Les facteurs d’efficacité thérapeutique

Le concept d’efficacité thérapeutique consiste en l’achèvement réussi de la thérapie, c’est-à-dire le rétablissement de la santé. Elle ne doit pas être associée de manière réductrice à l’action pharmacologique sur le corps du patient, mais doit être considérée d’un point de vue plus large, englobant tous les aspects impliqués dans l’activité thérapeutique.

Par conséquent, afin de mieux comprendre le fonctionnement de l’efficacité thérapeutique, nous pouvons nous demander : quels sont les facteurs qui, en l’absence ou en association avec les principes actifs des médicaments, contribuent à déclencher une amélioration de la santé ou une guérison ?

La guérison et, dans le cas des maladies chroniques, l’amélioration de l’état du patient dépendent de différents facteurs :

 

  • D’une part, il existe des facteurs biologiques qui, au cours de l’histoire évolutive de l’être humain, se sont développés dans le but de protéger et de restaurer l’état de santé de l’individu (anticorps, régénération des tissus, etc.).
  • Il existe également un certain nombre de facteurs culturels, tels que les dispositifs utilisés dans les différentes cultures pour déclencher ou aider la guérison par des mécanismes matériels et symboliques (médicaments, rituels de guérison, méthodes de communication entre le patient et le thérapeute, etc.)
Lire aussi :  Il y a aussi la bonne jalousie

 

L’efficacité symbolique dans le processus de guérison

Le concept d’efficacité symbolique a été introduit par l’anthropologue Claude Lévi-Strauss dans une étude réalisée en 1949, intitulée L’efficacité symbolique. Dans cet essai, l’auteur analyse un rituel chamanique pratiqué chez le peuple Cuna (Panama) pour un accouchement réussi avec des complications.

La question que pose l’anthropologue est la suivante : comment l’action rituelle du chaman produit-elle une amélioration effective chez la femme enceinte ?

Le chaman, à travers des chants qui reproduisent métaphoriquement l’état de la patiente, agit symboliquement sur le corps de la femme et, en même temps, lui fournit un horizon de référence mythique avec lequel elle peut donner un sens à la douleur et à la souffrance qu’elle éprouve. Le rituel, agissant donc sur le plan imaginaire, réduit la douleur physique du patient.

Bien que nous soyons habitués à considérer la médecine occidentale comme une science objective, miroir d’une réalité dominée par des réactions de cause à effet, si nous la considérons comme faisant partie d’un système culturel régi par des croyances, des représentations et des significations déterminées, nous pouvons comprendre comment les facteurs culturels mentionnés ci-dessus sont efficaces non seulement sur le plan matériel, mais aussi sur le plan symbolique, comme les rituels thérapeutiques présents dans les médecines différentes de la médecine occidentale.

Lire aussi :  L'importance de bien dormir

L’efficacité symbolique des médicaments dans le processus de guérison

L’efficacité symbolique n’est pas exclusive aux systèmes médicaux traditionnels, au contraire : elle opère dans tout contexte thérapeutique dans lequel le patient et le thérapeute partagent le même code culturel et attribuent la même signification aux expériences de guérison et de traitement.

Les médicaments, par exemple, « guérissent » non seulement grâce aux principes actifs qu’ils contiennent, mais aussi, dans une large mesure, grâce au rôle d’autres facteurs : les attentes du patient, le prestige attaché aux prescriptions du médecin et les caractéristiques du médicament lui-même (forme, couleur, taille).