La trachéite est une inflammation très grave qui peut toucher l’ensemble des premières voies respiratoires. Il est important de comprendre si elle est de nature bactérienne, virale ou allergique afin d’identifier la prophylaxie adéquate.

Malheureusement, la trachéite est une affection que nous connaissons tous et dont les symptômes sont certainement bien connus.

La trachéite est une inflammation de la trachée, la partie de la gorge qui relie le larynx aux premières bronches. Elle s’accompagne de toux, de fièvre, de froid, de douleurs dans le sternum, de difficultés à respirer et de sifflements dus à un rétrécissement de la trachée, qui peut même se boucher complètement en cas d’inflammation grave.

On distingue la trachéite primaire, infection touchant directement la trachée, et la trachéite secondaire, qui concerne d’abord les premières voies aériennes puis s’approfondit et se concentre sur la partie trachéale.

Il est donc clair qu’il ne faut pas le prendre à la légère et qu’il est toujours bon de consulter un médecin pour un diagnostic correct.

Causes de la trachéite

La trachéite peut être d’origine bactérienne ou virale.

Bactérien : Staphylococcus aureus et Streptococcus pneumoniae sont les agents les plus courants qui peuvent provoquer une inflammation de la trachée et entraîner les symptômes les plus typiques tels que fièvre, mal de gorge, toux et difficulté à faire entrer et sortir l’air des bronches. Staffilococcus aureus colonisant les premières voies respiratoires, la trachéite causée par cet agent peut être de nature primaire ou secondaire, dans ce dernier cas provenant d’infections telles que la rhinite, la pharyngite et la laryngite. Le streptocoque est l’agent responsable de la pneumonie et d’infections graves telles que la méningite, mais dans notre cas, il peut également provoquer des bronchites, des otites, des sinusites et des trachéites.

Lire aussi :  L'interstitium, le nouvel organe

Virale : les virus de la grippe ou du rhume, comme le rhinovirus, peuvent affecter l’ensemble du larynx ou, plus tard, seulement la partie trachéale, avec des rougeurs, des brûlures, des difficultés à avaler et à respirer.

La trachéite peut également avoir pour origine des irritants tels que des fumées toxiques, des substances nocives, des pollutions diverses, des substances allergènes comme le pollen, les poils d’animaux, la poussière, qui contribuent tous à irriter la muqueuse et à enflammer les voies respiratoires.

Il est important de consulter un médecin dès les premiers signes de trachéite, car si elle n’est pas traitée correctement, elle peut entraîner de graves complications, pouvant aller jusqu’à l’arrêt respiratoire et au décès.

Remèdes pour traiter la trachéite

Le médecin effectuera ce que l’on appelle un « écouvillonnage », c’est-à-dire un prélèvement sur les muqueuses pour des tests de culture afin d’établir si l’inflammation est d’origine bactérienne et d’identifier la bactérie à combattre. Dans ce cas, il faut utiliser l’antibiotique le plus spécifique possible.

Si l’infection est virale, les antibiotiques ne sont pas nécessaires, mais des remèdes apaisants, y compris naturels, le repos et une bonne hydratation peuvent être utilisés.

Si, en revanche, la trachéite est causée par des agents allergènes, des médicaments peuvent être nécessaires, en fonction de la gravité des symptômes.

Lire aussi :  Signes de dysrégulation émotionnelle

Remèdes naturels adjuvants.

La nature vient à notre secours en appui des traitements pharmacologiques avec des remèdes apaisants et anti-inflammatoires utiles pour nos voies respiratoires.

Mauve : Grâce à la présence de flavonoïdes et de mucilages, une tisane de Mauve a un effet anti-inflammatoire sur l’ensemble du tractus initial, avec une action apaisante, émolliente et expectorante.

Thym : l’infusion de thym, à boire ou à étouffer, est un anti-bactérien naturel qui combat les infections de toutes sortes et facilite le traitement pharmacologique, elle est balsamique et favorise la respiration.

Cajeput en huile essentielle : le gargarisme au cajeput permet de lutter contre les infections des premières voies respiratoires et de toute la cavité oropharyngée. Deux ou trois gouttes dans de l’eau tiède à rincer. Le cajeput peut également être pris, s’il est purement extrait, avec une cuillère à café de miel dans laquelle est dissoute une goutte de cette précieuse huile essentielle.

Propolis : une solution de Propolis non alcoolisée est un excellent remède contre les infections bactériennes. Il désinfecte et apaise la bouche et la gorge.