L’anxiété chez les enfants – tout comme les adultes, les jeunes enfants peuvent également souffrir de ce trouble. Quelles sont les angoisses les plus courantes chez les enfants ? Et quel est le rôle du parent ?

Les enfants peuvent souffrir d’anxiété, tout comme les adultes. L’anxiété chez les enfants peut avoir différentes causes et différentes formes, les plus courantes étant l’anxiété de séparation, l’anxiété à l’école ou liée à d’autres contextes, par exemple les activités sportives, qui les soumettent à une sorte d’anxiété de « performance », et l’anxiété due aux difficultés de relation avec les pairs ou les adultes.

Quand, chez les enfants, peut-on vraiment parler d’anxiété ?

La peur est une sensation normale, chez l’adulte comme chez l’enfant, et doit être distinguée de l’anxiété. L’adulte a donc la tâche difficile de surveiller le bien-être psychologique de l’enfant, en essayant d’interpréter, de comprendre, de distinguer les peurs normales de l’anxiété réelle.

Un enfant de trois ans qui a peur des monstres traverse probablement une phase normale de développement ; un enfant de dix ans qui se plaint systématiquement de maux de ventre ou de tête le matin avant d’aller à l’école traverse probablement une période de réelle anxiété.

Lire aussi :  Résilience et maladie

L’anxiété scolaire chez les enfants

L’anxiété scolaire est l’une des plus courantes chez les enfants. Les raisons et la durée de la gêne peuvent être différentes. Il y a des enfants qui n’affrontent l’école avec anxiété que les premiers jours et d’autres qui la gardent avec eux pendant toute l’année scolaire.

Parfois, l’anxiété à l’égard de l’école est due à une mauvaise relation avec certains enseignants ou avec certains camarades de classe, mais elle peut aussi être due à un malaise intérieur de l’enfant, qui ne se sent pas en sécurité ou qui vit mal la séparation d’avec sa famille.

Quelle qu’en soit la cause, le parent a la tâche de surveiller cette anxiété, d’en interpréter les raisons et d’offrir son soutien à l’enfant pour l’aider à apprécier l’expérience scolaire. Les menaces et les reproches ne servent à rien, ils sont même contre-productifs ; la première chose à faire est d’essayer de comprendre la raison de l’anxiété et d’agir en conséquence pour aider l’enfant à la surmonter.

Par exemple, si nous nous rendons compte que l’anxiété de l’enfant est due à des situations qui se produisent à l’école, nous allons en parler à un enseignant ou au directeur pour comprendre, ensemble, comment traiter le problème.

Lire aussi :  Anxiété entre le passé et le futur

L’école, après la famille, est le contexte le plus important pour le développement cognitif et comportemental de l’enfant et le dialogue entre l’école et la famille doit être constant. Si l’enfant est anxieux pour d’autres raisons, par exemple l’angoisse de séparation ou l’insécurité, la meilleure chose que nous puissions faire en tant que parents est de rester à ses côtés, de lui montrer de l’affection et d’essayer de l’aider à renforcer son estime de soi.

L’anxiété de séparation chez l’enfant

La séparation des parents est l’un des défis les plus difficiles à relever pour un enfant. Un exemple frappant est ce qui se passe devant l’école, surtout en maternelle et surtout en première année, où l’on peut observer des enfants avec des crises de pleurs désespérées qui ne veulent pas se séparer de leur parent.

Une certaine anxiété de séparation est normale, notamment lors des premiers jours d’école et surtout chez les jeunes enfants, mais il faut faire attention et la traiter de la bonne manière pour éviter qu’elle ne se transforme en véritable trouble anxieux. Que pouvons-nous faire ? Il est fondamental, par exemple, de paraître calme, car une mère ou un père inquiet au moment du détachement alimente encore plus les angoisses de l’enfant.

Lire aussi :  Trachéite, causes et remèdes

La façon dont nous nous comportons à la maison et comment nous nous comportons, en général, avec l’enfant est également importante : câlinons-le, créons des rituels rassurants, réservons-lui quelques moments pour être ensemble et faisons-lui sentir toute notre affection et notre attention.

L’affection et le soutien d’un parent sont des armes magiques et peuvent faire des merveilles contre l’anxiété des enfants.