Le corps possède des mécanismes automatiques qui lui permettent de se désintoxiquer, mais si le niveau de toxines est trop élevé, le corps n’est plus capable de s’autoréguler. Voyons comment nous pouvons aider le corps à se purifier.

Le bien-être de l’organisme est également lié à sa capacité à éliminer les toxines, des déchets qui peuvent se former à la suite de processus métaboliques au sein de l’organisme (endogènes) ou en raison de facteurs externes (exogènes).

L’épuration permet d’éliminer ces substances qui, dans certaines conditions environnementales ou en cas de stress psychophysique élevé, peuvent s’accumuler et provoquer divers types de troubles.

Il est essentiel de travailler sur la prévention sans attendre l’apparition de troubles graves.

Le processus de purification s’effectue par l’intermédiaire d’organes filtrants, appelés émonctoires, structures organiques chargées d’éliminer les toxines de notre corps, ce sont : le foie, l’intestin, les reins.

Les avantages d’un corps régulièrement détoxifié :

  • Augmentation des niveaux d’énergie dans le corps et amélioration de la clarté mentale. Les symptômes fréquents d’un corps intoxiqué sont la fatigue chronique, le manque de concentration, l’irritabilité, la nervosité, les maux de tête…
  • Rééquilibrage du système immunitaire et renforcement de nos défenses, en libérant le système immunitaire de la surcharge toxique nous l’aidons à mieux faire face aux agents extérieurs normaux (virus, bactéries, champignons, …)
  • Perte de poids
  • Meilleure gestion du stress et de l’anxiété
  • Un sommeil plus calme
  • Une peau plus soyeuse et moins irritée, souvent des furoncles, de l’acné, de l’eczéma et des démangeaisons sont liés à l’intoxication du corps.
  • Premières étapes d’une bonne épuration

    Une dépuration vraiment complète ne peut se limiter à la prise de certaines plantes qui stimulent les organes excréteurs.

    Il existe une infinité de façons de le faire, en fonction du type de problème que vous voulez résoudre et, surtout, de votre constitution individuelle.

    Chaque individu a besoin de temps et de moyens différents pour faire face à une période de purification, en fonction du terrain et des caractéristiques subjectives. Par souci de simplicité, énumérons les points les plus importants d’un programme d’épuration complet :

    Lire aussi :  L'énergie des aliments

    Diminuer les surcharges, en réduisant l’introduction de toxines. Vous pouvez choisir une méthode autolytique comme le jeûne ou les monodiètes ; il y a le jeûne sec, humide et mixte et il existe de nombreuses variétés et types de monodiètes, dont certaines peuvent être effectuées pendant plusieurs jours ou un jour par semaine, comme le régime raisin, pomme, fraise, cerise,… Évitez ou réduisez au minimum les aliments industrialisés, raffinés et en conserve, le sucre et le sel raffinés, les graisses saturées et hydrogénées, le café, l’alcool et le tabac, en privilégiant les aliments frais. Réduire la consommation de protéines animales : viande rouge, viande fumée (y compris bio), lait et produits laitiers, œufs, saucisses, poisson en proportions équilibrées. Choisissez des aliments frais et biologiques si possible. Évaluer la présence d’intolérances alimentaires ; en effet, consommer quotidiennement des aliments intolérants sans en être conscient signifie prendre du matériel reconnu par l’organisme non pas comme nutritionnel mais comme un agent externe qui provoque une inflammation chronique et silencieuse, en particulier dans l’intestin. Respecter les cycles naturels de l’organisme est important ; il existe un cycle d’élimination qui se produit principalement la nuit et tôt le matin, jusqu’au petit-déjeuner. Pour faciliter le travail de l’organisme, le conseil le plus simple et le plus efficace est de prendre son repas du soir le plus léger et le plus tôt possible, puis le lendemain de prendre un petit déjeuner de roi, suivi d’un déjeuner de prince.

    Rééquilibrer le système neurovégétatif : on l’oublie souvent, mais la désintoxication du corps implique l’utilisation d’une énergie considérable par l’organisme, et si la vitalité est faible, notre corps sera encore plus fatigué à la fin de cette période. Il est donc important de créer un équilibre énergétique par l’utilisation de techniques énergétiques telles que le yoga, le tai chi, le qi gong, la méditation….. Il existe également d’autres techniques manuelles, comme la réflexologie plantaire, les massages holistiques, le tuina,…qui, en plus d’augmenter le quotient vital, permettent de drainer les organes excréteurs et d’augmenter le système immunitaire.

    Lire aussi :  Masturbation masculine : comment préserver la santé du sperme ?

    Stimuler les organes excréteurs : Foie excréteur : le foie est le principal filtre d’épuration. Il effectue une détoxification en plusieurs étapes, puis distribue les toxines aux reins et aux intestins. Il faut distinguer la phase initiale de détoxification, au cours de laquelle la charge en toxines est réduite, et la phase ultérieure de drainage, au cours de laquelle les toxines sont physiquement éliminées. Dans un premier temps, le foie doit être soutenu par des aliments riches en vitamines B et C, en minéraux, en glutathion, puis augmenter la quantité de fruits frais et secs, de légumineuses, de légumes, de céréales complètes, en accordant une attention particulière aux aliments tels que le chou, les asperges, le brocoli, les légumes crucifères, le curcuma. Pendant la phase de drainage, on peut utiliser des plantes à action cholérétique ou cholagogue comme le pissenlit, l’artichaut, le boldo, la cynaria et la fumaria. Utilisé sous forme d’infusions, tisanes, teintures mères, produits hydroenzymatiques. Emonctoire intestinal : de nombreuses toxines stagnent dans l’intestin en raison des processus de fermentation et de putréfaction effectués par la flore bactérienne pathogène. De plus, si l’intestin est enflammé, il aura tendance à favoriser la réabsorption des substances toxiques qui sont normalement évacuées. Il est important de drainer en utilisant des substances à action mécanique qui augmentent la masse fécale (graines de lin, psyllium, agar agar,…), ou des substances à action osmotique qui attirent l’eau dans l’intestin et stimulent l’évacuation comme le chlorure ou le peroxyde de magnésium, et des lavages intestinaux avec lavements ou hydrocolonothérapie. Il est alors indispensable de reconstituer la flore intestinale par la prise de probiotiques (ciblés et adaptés) et de prébiotiques. En outre, pour améliorer le péristaltisme et maintenir un bon état de santé intestinal, il est nécessaire d’avoir une alimentation correcte. Cela signifie privilégier les aliments biologiques, augmenter la consommation de céréales complètes (riz, kamut, épeautre, etc.), de fruits et légumes frais et de légumineuses. Pour éviter la fermentation et une mauvaise digestion, il convient d’utiliser des combinaisons d’aliments correctes, ainsi que de bien mâcher et pendant longtemps. Système excréteur rénal : le rein est stimulé pour l’élimination finale des toxines hydrosolubles et des cristaux. Ce système excréteur est stimulé par l’utilisation de plantes favorables aux reins comme la piloselle, le bouleau, le pissenlit, le chiendent et le frêne. L’utilisation de la bromélaïne, une enzyme présente dans l’ananas, qui permet de drainer les tissus en profondeur, est également intéressante. La nature nous fournit également certains aliments diurétiques comme l’ananas, la pastèque, les artichauts, le fenouil, les oignons, les asperges et le thé bancha. En plus de prendre au moins 2 litres d’eau par jour avec un faible résidu fixe. L’activité physique : fondamentale pour la purification de l’organisme, en fait pratiquée en permanence, elle améliore le drainage lymphatique et réactive la circulation de manière à rendre la phase d’élimination des toxines plus rapide et plus efficace.

    Lire aussi :  Il y a aussi la bonne jalousie

    Quand purifier

    Le printemps est la période clé pour la détoxification, bien que l’automne soit également important.

    Nous recommandons un programme de désintoxication d’au moins une ou deux semaines pendant ces périodes. Au printemps, nous pouvons consommer davantage d’agrumes, de salades crues et de jus naturels ou faire la cure de citron ; tandis qu’en automne, nous pouvons consommer les récoltes saisonnières, comme les pommes, les raisins et de nombreux autres légumes. De nombreux types de fruits et légumes frais conviennent en été ; au début de l’hiver, en revanche, il est conseillé de suivre un régime à base de riz brun, de légumes et de soupes.