Des fleurs de Bach à inclure dans nos nettoyages pour remédier à certaines attitudes « incorrectes ». Voyons ensemble cette utilisation alternative

Les fleurs de Bach peuvent être prises de différentes manières : ce sont des remèdes vibratoires qui envoient un message équilibrant, compensateur et parfois correcteur à notre « ordinateur de bord ».

Choisir de les prendre lorsque l’on s’offre un soin régénérant et relaxant tel qu’un bain est un moyen bien adapté à cet été caniculaire.

Transformons donc notre bain en un traitement relaxant, revigorant ou énergisant, en fonction de nos besoins.

Bain relaxant avec des fleurs de Bach

Nervosité, anxiété, agitation, hyperactivité, insomnie ? Nous avons besoin d’un bain relaxant avec une essence qui répond à notre condition prioritaire.

La façon de le prendre est de diluer 5 gouttes du remède dans un verre d’eau, puis de l’ajouter à l’eau du bain. Voyons quelques fleurs de Bach qui peuvent nous aider :

 

  • Aigremoine (fleur de guérisseur) : Il n’est pas facile d’admettre être en phase avec ce remède. Ceux qui ont besoin de l’aigremoine portent souvent un masque pour se faire valoir, et parfois ils se cachent si bien qu’ils ne voient plus leurs propres défauts et limites ; ils se trompent eux-mêmes. La tension intérieure est bien cachée mais ne peut être complètement retenue. L’aigremoine grince des dents, ronge ses ongles, tord ses cheveux. Il est parfois enclin à des addictions comme le tabac ou l’alcool, mais les excès doivent toujours être cachés. Ce remède est à considérer comme l’anxiolytique de Bach, il permet de libérer l’individu de cette angoisse de se conformer, de se conformer, de s’aligner de force sur le milieu ambiant. Elle permet de prendre conscience de ses propres défauts et limites et de vivre avec eux dans une acceptation naturelle.
  • Tremble (fleur auxiliaire) : C’est la fleur des personnes anxieuses. Les peurs d’Aspen sont vagues, inconnues, ce ne sont que des sensations, mais des sensations très handicapantes qui tourmentent souvent. Par exemple, la peur de l’avion ou, pour les enfants, la peur du croque-mitaine. Ce sont des peurs qui viennent de l’inconscient et qui ressortent souvent sur les lèvres avec des phrases telles que « j’ai un mauvais pressentiment ». Cette fleur de Bach agit comme un filtre protecteur contre ces formes d’anxiété, contre les superstitions et les angoisses face à un avenir incertain.
  • Impatiens (fleur de guérison) : Le nom de cette fleur est explicite. Il s’adresse à ceux qui sont pressés, à ceux qui sautent directement aux conclusions sans se perdre dans des préambules et des tournures de phrases, à ceux qui ne supportent pas le rythme des autres s’il est plus lent. Les impatiens tambourinent généralement leurs doigts et balancent leurs jambes. Impatiens dans les cas exaspérés est superficiel parce qu’il ne se donne pas le temps d’enquêter, bien que ce qu’il fait soit d’une efficacité maximale. En raison de cette prédisposition à courir après le temps et les situations, il peut être sujet à des maladies cardiovasculaires, à des poussées de pression, à des inflammations articulaires. La fleur d’impatiente est utilisée pour calmer, pour donner à ces personnes un espace de respiration, pour se détendre ; ce n’est pas par hasard qu’elle est un remède inclus dans le mélange Rescue Remedy.
Lire aussi :  La thérapie par les fleurs et le rôle des émotions positives

 

Bain revigorant aux fleurs de Bach

Apathie, dépression, mauvaise humeur, manque d’enthousiasme, relâchement, déception ? Ce sont toutes des conditions qui peuvent être aidées et rééquilibrées avec des essences de fleurs de Bach spécialement conçues pour être utilisées de la même manière que ci-dessus.

 

 

  • Gentiane (fleur de guérison) : La gentiane s’ouvre à l’aube de l’automne, saison de la mélancolie, des idées noires et de la dépression. Le sujet Gentiane est triste, découragé, pessimiste, sans confiance. Cette essence sert à équilibrer cette condition de scepticisme, de grisaille et d’acceptation du négatif, qui, allez savoir pourquoi, nous influence plus facilement que la pensée positive. Il est utile pour ceux qui ne trouvent pas le courage de dire « Je n’y arriverai jamais » !
  • Moutarde (fleur d’assistant) : Cette fleur est destinée à ceux qui « se sentent comme enveloppés dans un nuage de plomb qui cache la lumière et la joie de vivre ». La moutarde souffre d’un degré intense de dépression ou de formes d’angoisse collective dues à des conditions sociales face auxquelles on se sent impuissant. Ces formes s’accompagnent souvent d’un sentiment de tristesse et de regret pour les choix passés qui n’ont pas été faits. L’essence de moutarde comble le grand vide de la dépression, rééquilibre et donne de la force.
  • Willow (fleur auxiliaire) : La tristesse du Willow est emblématique. Willow se plaint toujours de tout. Elle est victime d’elle-même, du destin, des autres. Il risque de ne pas être apprécié par ses voisins et d’être mis à l’écart parce qu’il est un rabat-joie. Willow juge la vie et les autres sur la base du succès, qu’il n’a pas eu à cause des autres ou à cause du malheur, du karma négatif qu’il pense porter avec lui. L’essence équilibre ce point de vue, ouvre la porte à une pensée positive correcte et à l’idée que face à un problème, il y a toujours une solution.
Lire aussi :  Compléments naturels pour l'asthénie

 

Bain énergisant aux fleurs de Bach

Fatigué, ennuyé, sans force, physiquement épuisé ? Trouvons encore 3 fleurs de Bach qui peuvent venir à notre secours et utilisons-les dans le bain pour retrouver l’énergie perdue et nous redonner vie, enthousiasme et force.

Comme pour les autres essences, il suffit de diluer 5 gouttes dans un verre d’eau à mélanger à l’eau du bain.

 

  • Hornbeam (fleur assistante) : C’est la fleur de la fatigue du lundi matin, une fatigue mentale due à la routine qui tue la créativité, l’imagination et la volonté de changement. Hornbeam se sent fatigué, s’ennuie, manque de stimuli. Il a souvent un travail qu’il n’aime pas et qui ne répond pas à ses rêves et à ses attentes. Cependant, si un événement positif inattendu apporte de l’enthousiasme, la fatigue de Hornbeam disparaît soudainement et une énergie insoupçonnée émerge. L’essence de Charme est comme un verre d’eau fraîche, une douche énergisante. C’est aussi un excellent remède pour ceux qui ont besoin de se remettre d’une convalescence.
  • Olive (Fleur d’aide) : C’est la fleur qui complète le Charme si, en plus de la fatigue mentale, il y a aussi une sérieuse fatigue physique. Bach l’indique pour « ceux qui ont beaucoup souffert dans leur corps et leur esprit et qui sont si fatigués et épuisés qu’ils ne se sentent plus capables de faire le moindre effort ». Il est recommandé après les périodes de longue maladie et d’hospitalisation, mais aussi pour ceux qui décident qu’il est temps de changer de vie et de corriger une alimentation malsaine, les excès de stress et de travail non-stop, l’épuisement dû au fait d’avoir « tiré la corde trop loin ». En général, la fatigue de l’Olive est due à des efforts physiques qui nous ont épuisés et après lesquels nous ne sommes plus capables d’agir. Bach a également inclus cette fleur parmi les remèdes « pour ceux qui ne trouvent aucun intérêt au présent », c’est-à-dire pour ceux qui sont tellement épuisés qu’ils voient la vie passer et restent impuissants. Olive aide à reprendre contact avec le monde qui nous entoure et à y participer à nouveau. Cette fleur fonctionne bien en combinaison avec d’autres fleurs curatives qui s’attaquent à la cause réelle de la fatigue, comme le chêne et l’orme.
Lire aussi :  5 fleurs australiennes pour faciliter la digestion

 

 

 

  • Wild Rose (fleur d’assistant) : Bach recommande Wild Rose « pour ceux qui, sans raison apparente, se résignent à tout ce qui arrive et glissent dans la vie, la prennent comme elle vient, ne font aucun effort pour l’améliorer ou atteindre le bonheur. Ils se sont rendus aux adversités de la vie sans même se plaindre ». Wild Rose est passif, terne, peu enthousiaste, apathique ; il est fatigué, mais par désintérêt, il est déprimé mais sans désespoir. Il mène également une vie normale, avec un travail auquel il s’adapte sans se plaindre, dans une relation qui avance par inertie mais qui au fond ne l’intéresse plus. Wild Rose mène souvent sa vie quotidienne par sens du devoir. Une apathie totale, également physique, avec hypotension, métabolisme ralenti.