Plus efficace qu’un massage, moins douloureux que l’acupuncture. Originaire d’Extrême-Orient, l’acupression se caractérise aujourd’hui par l’innovation occidentale appliquée à la pratique.

Qu’est-ce que l’acupression ?

Beaucoup de noms différents pour des techniques très proches les unes des autres : acupression cutanée, acupression cutanée ou acupuncture cutanée, telle que Pietro Orlandini l’a définie en 1894. Pratiquée depuis l’Antiquité en Chine, l’acupression n’a en fait pas grand-chose à voir avec l’acupuncture, et ce pour une raison simple : le caractère non invasif du traitement. Alors que l’acupuncture de la médecine traditionnelle chinoise utilise des aiguilles pour pénétrer la peau du sujet et stimuler des points précis du corps, l’acupression se caractérise par l’absence d’instruments mécaniques invasifs.

Pas de trous, pas de trous. Elle utilise une pression et un contact doux sur des points spécifiques, à l’aide d’une variété d’outils et de techniques, allant du simple toucher des doigts à l’utilisation de bâtons en bois, de rouleaux, de marteaux, jusqu’aux outils modernes tels que le tapis d’acupression.

Mais comment fonctionne l’acupression ?

En fait, l’acupression et l’acupuncture chinoise, à l’exception de leur mode de fonctionnement, partagent les mêmes principes de base, à savoir les courants d’énergie dans notre corps. En stimulant les zones douloureuses du corps, le courant énergétique et la circulation sanguine bloqués sont rétablis, en ciblant le mécanisme naturel d’auto-guérison du corps. Notre peau contient de nombreux récepteurs nerveux qui sont en constante activité de communication, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Dans ce cas, à partir de la peau, les informations vont vers les muscles, les organes internes et le cerveau, et vice versa.

Lire aussi :  Massage et bien-être de l'organisme

Lorsque ces informations sont trop intenses, l’inconfort que nous ressentons ne fait que provoquer des raideurs, notamment dans les zones du cou et du dos. Un autre point affecté est le plexus solaire, qui comprend les muscles de l’estomac. L’augmentation de la circulation cutanée permet aux récepteurs cutanés de capter correctement les informations nerveuses. Les organes internes et le cerveau reçoivent alors des informations correctes, ce qui permet aux muscles de se détendre.

Les avantages de l’acupression

L’acupression est synonyme de bien-être et de soins personnels. Le but premier n’est pas de combattre les maladies, mais de prêter attention à notre corps et à ses énergies. Concrètement, la circulation devient plus efficace, le corps libère des endorphines par vagues, dont l’hormone du bonheur (ocytocine), habituellement libérée par l’hypophyse dans des situations agréables et intimes. En quoi cela consiste-t-il ? Cette hormone contrôle la pression sanguine, régule la température du corps, renforce le système immunitaire, augmente le flux sanguin et élimine les toxines. Les muscles se détendent, la pression sanguine diminue et le système nerveux entre dans un état de bien-être généralisé, ce qui contribue à réduire les niveaux de stress, les maux de dos et autres douleurs.

Mais il y a aussi des objectifs plus spécifiques. La technique d’acupression s’adresse particulièrement aux personnes souffrant de symptômes douloureux, permettant un allègement considérable de l’état de souffrance. Les domaines d’intervention sont nombreux. La stimulation cutanée est efficace pour les troubles des systèmes digestif, tégumentaire, urogénital, respiratoire, ostéoarticulaire, nerveux et circulatoire. Parmi les problèmes les plus couramment traités par l’acupression figurent les difficultés digestives, les colites, les coliques abdominales, le psoriasis, les cystites, l’éjaculation précoce, les sinusites, les cervicalgies, les lumbagos, l’hypertension et l’hypotension. En outre, la technique affecte le domaine émotionnel et esthétique, en résolvant des problèmes tels que l’insomnie, la névrose, la cellulite, l’obésité.

Lire aussi :  Le manifeste du Shiatsu Do

Tapis d’acupression

Quand on pense à l’acupression, on pense à des techniques et à des instruments typiques de la culture du Soleil Levant. Toutefois, ce n’est pas à l’Est qu’il faut regarder, mais dans le Grand Nord. La Suède, pays rationnel, propose un outil confortable et efficace pour pratiquer l’acupression. L’inventeur est un professeur de piano soviétique du nom d’Ivan Kuznetsov. Il s’agit d’un tapis en caoutchouc mousse sur lequel sont répartis différents éléments circulaires en plastique, selon la carte des zones sensibles de notre corps.

Chacun de ces éléments est équipé de dizaines de pointes pyramidales équilibrées, dont la fonction est d’exercer une acupression superficielle sur la peau de manière spécifique et uniformément répartie. La forme particulière du tapis impose la posture correcte à adopter, réchauffe et détend le corps, en travaillant sur la stimulation de la peau. Il existe plusieurs modèles de ce produit, qui combine la technologie de l’acupression et les principes fondamentaux de la réflexologie.

Quels sont les avantages qu’il procure ? Une séance d’environ 15 minutes a un effet énergisant, car elle stimule la libération d’ocytocine et d’endorphines. Porter cette durée à 30 minutes permet de réduire le niveau de stress et d’améliorer la circulation sanguine et le système lymphatique. Au-delà de 45 minutes, on obtient un effet analgésique, similaire à celui de l’acupuncture, caractérisé par une diminution de l’inflammation et de la douleur et une augmentation de l’activité métabolique.

Lire aussi :  Traiter l'insomnie naturellement... esprit

Ces tapis d’acupression avec fleurs à pointes et densité équilibrée sont produits par la marque de qualité suédoise Mysa, qui a fait de ce produit un véritable « must have » et a différencié sa production en fonction des besoins (il existe différents types de tapis : Original Mysa, Magnetic Mysa, Crystal Mysa, Meditate Mysa, Yoga Mysa) et s’est également étendue aux oreillers thermiques innovants. Produites depuis 2009, les nattes à pointes Mysa sont désormais possédées par un Suédois sur trois.