Une proportion plus importante qu’on ne l’imagine de dermatites a des origines psychosomatiques, ou du moins a pour déclencheur des facteurs émotionnels et psychiques.

La peau est le plus grand organe du corps humain, le tissu adipeux pesant environ 8 à 10 kg. Elle remplit de nombreuses fonctions et interagit constamment avec de nombreux systèmes corporels, notamment les systèmes immunitaire et nerveux.

Souvent sous-estimée dans son importance et son rôle multiforme, la peau est aussi un moyen d’expression et de communication à l’intérieur et à l’extérieur du corps, elle sépare et protège de l’extérieur, mais en même temps elle porte vers l’extérieur des changements somatiques et des tensions étroitement liés aux sensations psychologiques, comme la rougeur, la pâleur, la piloérection, les démangeaisons, etc.

Comme toute autre partie du corps, il est affecté par la fatigue, les perturbations temporaires et chroniques, les perturbations environnementales, manifestant des somatisations de diverses natures.

Parmi les manifestations de plus en plus fréquentes aujourd’hui, on trouve celles appelées « dermatite de stress », souvent regroupées avec la dermatite d’angoisse. Dans d’autres classifications, elles sont incluses parmi les « dermatites atopiques » ou les formes d’eczéma. Mais on pourrait dire plus justement que la dermatite atopique est l’un des types de dermatite qui peut être lié à des facteurs psychosomatiques.

La dermatite est comme un mécanisme de défense de l’organisme qui permet aux émotions de se manifester et de trouver un exutoire énergétique à travers la limite corporelle de la peau. En même temps, elle signale à l’individu, et à ceux avec qui il interagit, que quelque chose dans l’équilibre a été altéré.

Lire aussi :  Moringa oleifera et hyperglycémie chronique : utilisation thérapeutique de la plante

L’analyse des aspects psychosomatiques de la dermatite est donc un procédé utile pour comprendre correctement les causes de certaines manifestations. Dans un sens plus général, l’analyse réflexe des points psychosomatiques est, par exemple, suggérée et pratiquée par la réflexologie précisément pour explorer et étudier ces manifestations et ces traces.

Les conflits et les problèmes non résolus peuvent s’exprimer sur et à travers la peau, tout comme les événements qui ne se déroulent pas actuellement mais qui se rapportent à des moments et des phases antérieurs de la vie. Une anxiété récurrente, des problèmes dans la relation avec ses parents ou ses proches, une fragilité émotionnelle, un sentiment de dépendance, des difficultés sexuelles, une auto-agression, un deuil ou un traumatisme, par exemple, peuvent être à l’origine de manifestations à travers la peau et ses caractéristiques.

La mauvaise métabolisation de certaines émotions, ainsi que les substances chimiques que le corps n’arrive pas à transformer, finissent par laisser une marque ou une trace. Le stress, par le biais de l’axe d’action hypothalamus-hypophyse-surrénale, en modifiant la réponse et en interférant avec les mécanismes inflammatoires et immunitaires, ainsi qu’en altérant certains autres médiateurs neuroendocriniens, peut déclencher, aggraver ou rendre plus persistants les mécanismes qui produisent la dermatite, surtout chez les sujets génétiquement prédisposés et chez ceux pour qui les facteurs environnementaux et sociaux (problèmes familiaux, professionnels, scolaires, etc.) provoquent une sensibilisation et une plus grande fragilité.

Les facteurs émotionnels, en particulier dans les phases aiguës comme les traumatismes ou à certains moments du cycle de vie, agissent comme des facteurs de stress en interférant avec les neurotransmetteurs et les neuromodulateurs et en déterminant des réponses psychosomatiques, souvent inattendues, par le biais du réseau socio-psycho-neuro-endocrine-immunitaire (SoPNEI). Ces mécanismes sont en action dès l’enfance, lorsque la relation mère-enfant (et en général parent-enfant) joue un rôle stratégique.

Lire aussi :  Fissures des doigts, remèdes naturels

Selon diverses études, certaines dermatites de l’enfant dépendent de l’insécurité ou du manque de soins que la mère transmet (parfois sans même en avoir conscience) à l’enfant, qui manifestera alors des troubles déficitaires. Les études sur les bébés singes et les données sur les effets sur les enfants de la privation émotionnelle dans les orphelinats sont bien connues.

La peau, comme chacun le perçoit bien, est l’un des canaux privilégiés par lesquels se manifestent et se transmettent l’affection, l’amour et les soins. Certains chercheurs ont formulé une typologie comportementale de l’adulte ayant souffert de telles carences (avec des manifestations d’insuffisance, d’hypersensibilité, de difficultés sexuelles avec une tendance au masochisme, à l’érotisme cutané, etc.)

Les relations, toujours en cours d’étude, entre les formes de dermatite atopique et les manifestations bronchiques ne sont pas moins intéressantes. Si un opérateur est qualifié et attentif à ces aspects, il pourra suggérer quelles méthodes seront en mesure de dévoiler puis de soutenir ces traces, aidant à surmonter les formes de dermatite dont la solution est totalement inefficace, ou seulement partiellement et temporairement utile, des médicaments et des pommades aujourd’hui largement utilisés. Lorsque la cause n’est pas clairement bactérienne ou virale, lorsqu’il est difficile d’identifier les causes pathologiques organiques et médicales, une approche holistique intégrée à la composante psychosomatique peut aider à clarifier la situation.

Lire aussi :  Printemps : stratégies pour nettoyer le corps

En ce qui concerne l’épidémiologie, selon certaines données de recherche, la relation entre la peau et le stress, c’est-à-dire les manifestations psychosomatiques, a tendance à être plus commune et plus fréquente chez les femmes.  Le stress peut se manifester de manière très différente comme : urticaire, chute de cheveux, psoriasis, démangeaisons neurodermiques, dermatite séborrhéique, dermatite atopique, hyperhidrose, certaines formes d’acné, etc.

Une enquête menée par des dermatologues sur environ 5000 personnes traitées pour différents types de dermatoses a permis d’estimer les pourcentages d’activation probable de ces dernières en raison de causes émotionnelles ;

Les données, bien que non généralisables statistiquement de manière absolue, sont très significatives quant au poids, dans de nombreux cas prédominant, du facteur psychosomatique ;

Voici quelques chiffres :

Hyperhidrose  100 %.

Excoriations névrotiques 97%

Alopecia aerata 96%

Rosacea 94%

Démangeaisons 85%.

Dermatite atopique  70 %.

Urticaire 68%

Psoriasis 62%

Dermatite non spécifiée 55 %.

Acné vulgaire 55%

Dermatite séborrhéique 41%.

Kystes 27%

En résumé, fréquemment négligées et souvent attribuées à des causes indéfinissables, de nombreuses dermatites sont un reflet supplémentaire du dialogue psychisme-corps, des signes qu’une analyse psychosomatique intégrée peut aider à encadrer et donc à traiter non seulement du point de vue des symptômes.