Méthode de chant alliant expression vocale et conscience de soi, la méthode de la voix fonctionnelle est une recherche continue qui se distingue des méthodes d’enseignement classiques par ses méthodes et ses objectifs.

Développée à la fin des années 1970 par Gisela Rohmert, coach vocal à Francfort, et Walter Rohmert, son mari, professeur d’université et ingénieur à l’institut d’ergonomie de l’université de Darmstadt, elle est également appelée entraînement fonctionnel de la voix ou méthode Lichtenberg ;

C’est dans ce petit village que les deux chercheurs ont fondé l’Institut du chant et du son instrumental, qui a d’abord été un lieu d’études approfondies sur l’anatomie et la physiologie des organes de la phonation, avant de devenir une école de formation pour chanteurs, acteurs, mais aussi praticiens holistiques et enseignants.

Dans ce château, une approche révolutionnaire et totalement nouvelle est appliquée à l’utilisation de la voix et donc à l’enseignement du chant.

Le postulat de base est de considérer la voix comme un instrument vibratoire que chacun d’entre nous possède de manière totalement instinctive et personnelle ;

Les organes impliqués dans la phonation savent spontanément comment produire le son de manière optimale, et pour obtenir les meilleurs résultats, il est nécessaire de laisser cette capacité innée libre de créer la « voix », comprise comme vibration et énergie d’expression, avant même d’être un objectif.

Lire aussi :  Acupuncture et reflux gastro-œsophagien

Cette méthode est donc une série d’outils pour explorer le son à l’intérieur et à l’extérieur de soi.

Loin d’appliquer les théories respiratoires rigides adoptées par tous les autres courants éducatifs qui traitent du chant, la méthode Functional Voice n’entraîne pas tant l’utilisation du diaphragme, du souffle, du larynx, de la langue et de la cavité buccale, mais stimule plutôt une exploration de la manière dont le son est créé au niveau vibratoire de ces appareils ;

La voix comme moyen de connaissance de soi

L’enseignant, par le biais de questions ciblées, encourage l’élève à découvrir par lui-même ce qui fonctionne le mieux, amplifiant ainsi l’apprentissage de l’instrument découvert ;

Il oriente, avec une attention à la spécificité de chacun, l’étudiant vers une perception sensorielle profonde et l’expérimentation de ce qui se passe dans tout le système corps-esprit lors de l’émission du son, lors du franchissement de la vibration du son, et pour toutes les phases de la naissance et de l’expression vocale, jusqu’à son déploiement complet : de la préparation à l’émission du son, à l’expression, à la réception.

Dans les méthodes traditionnelles, le corps est la source mécanique du son : l’air, poussé par les organes de phonation, produit des sons d’une certaine qualité et puissance, et la qualité est le résultat de l’exécution exacte des techniques. Dans la vision de la méthode Functional Voice, en revanche, le corps est traversé par le son et est modifié par lui : d’abord vient le son, la vibration du son, puis il y a l’instrument, puis le corps, qui est à la fois source, contenant et récepteur.

Lire aussi :  Acupuncture et dépression : percer le mal de vivre

On peut donc considérer qu’il s’agit, à toutes fins utiles, d’une méthode de connaissance de soi avant même d’être une méthode pour apprendre à mieux utiliser la voix. Elle implique la respiration, elle implique le corps et la conscience des muscles du corps, elle implique la sensibilité à la vibration du son lui-même, qu’il soit produit intérieurement ou perçu extérieurement, elle implique la partie la plus profonde qui résonne avec les vibrations.

Dans la méthode Functional Voice, la conscience du « corps chantant », dans toutes ses fibres, est la base de l’expansion de l’expression personnelle et unique de sa propre voix, ainsi qu’un moyen profond de connaissance de soi ;