À Londres, dans de nombreuses régions d’Europe et récemment aussi en France, on parle du Falun Gong. Une pratique du Qi gong mais aussi une croyance forte qui a créé plusieurs tensions en Chine

L’intérêt avait déjà été éveillé lorsqu’une personne très intéressée par les formes anciennes et nouvelles de travail énergétique et de méditation m’a soumis le site officiel du Falung Gong. Puis, ici à Londres, me trouvant dans un centre de recherche sur la santé, j’ai lu ces mots : « Le Falun Gong est un système de pensée totalement pacifique qui élève la qualité de la norme de comportement moral », Lord Avebury, Groupe parlementaire britannique des droits de l’homme.

Intrigué, je suis allé chercher d’autres citations. Apparemment, un certain David Kilgour, premier secrétaire d’État du Canada, a déclaré que « Le régime chinois, sans raison réelle autre que la paranoïa, voit et a vu une menace dans le Falung Gong depuis juillet 1999, lorsque des actions de masse ont été lancées pour éliminer ces groupes de pratiquants. » L’intérêt a immédiatement augmenté et l’envie de se documenter aussi.

Qu’est-ce que le Falun Gong ?

Je ne sais pas si vous avez déjà essayé des exercices énergétiques chinois connus sous le nom de Qi Gong. Ils soignent le corps, réchauffent et massent les organes internes et créent un contact profond entre la personne et son souffle. Je pratique ces exercices assez régulièrement, mais je n’ai jamais entendu parler du Falun Gong. Apparemment, il s’agit d’une pratique composée de mouvements très lents qui provient de la même tradition que d’autres exercices de Qi Gong plus connus. Elle est décrite comme une pratique qui améliore la santé, la vitalité et l’harmonie.

Lire aussi :  Traiter l'hypertension avec le qi gong

Ces exercices véhiculent les principes d’une philosophie qui n’a pas de nom spécifique mais qui repose sur trois piliers : Vérité, Bonté, Tolérance. (Dans tous les sites et brochures que j’ai trouvés, les valeurs sont en majuscules, je m’y tiens donc).

En résumé, ceux qui les pratiquent devraient devenir plus honnêtes, développer une certaine humilité et un sentiment de paix intérieure à diffuser dans le monde.

Falun Gong ou Falun Dafa ?

En cherchant et en cherchant, en plus du Falun Gong, j’ai trouvé un autre nom, Falun Dafa. Après une brève recherche, je me rends compte qu’il s’agit de la même pratique. Rendu public en 1992 par M. Li Hongzi, il est dit qu’en 1998, le nombre de pratiquants avait déjà atteint 100 millions.

Qui est ce M. Li Hongzi ? Il est le fondateur d’une méthode qui, selon lui, peut favoriser l’assimilation aux plus hautes qualités de l’univers-Zhen 真 Shan 善 Ren 忍. Cela semble être le but de la pratique : connaître profondément, et donc, d’une certaine manière, « ressembler en esprit » à ces qualités qui appartiennent à l’univers : la véracité, la bonté, la tolérance susmentionnées. Dans le site de référence, vous pouvez également trouver des séries d’exercices effectués par Li Hongzi lui-même.

Lire aussi :  Techniques de shiatsu

Le but final est très similaire à l’illumination, et le terme doit être compris comme une forme proche de la non-forme du Tao, ou une manière de « devenir Tao », de devenir « la Voie ». Il s’agit de toute une série de références qui appartiennent à la tradition taoïste ;

Le Falun Gong et le parti communiste chinois

Dans toutes les brochures que j’ai trouvées à Londres concernant le Falun Gong qui, dit-on, ont été créées, imprimées et payées par des bénévoles – il est question d’une attaque directe du Parti communiste chinois contre les pratiquants de ce système. Le substantif qui revient est précisément la « persécution », que le Parti aurait lancée contre les praticiens, d’abord de manière plus douce, puis, depuis 1999, de manière plus décisive et résolue. Les données générales sont tirées d’un document de l’ONU de 2005 qui indique qu’au moins 66% des cas de torture mentionnaient les noms de pratiquants de Falun Gong.

Ces tracts portent les noms et les visages de pratiquants massacrés ou défigurés. Il existe également des rapports faisant état d’une pratique répandue consistant à récupérer les organes des pratiquants tués pour les transplanter.

Nous continuerons à chercher des informations sur le crime et la nature thérapeutique de ces exercices…