La préparation des tisanes suit des étapes précises : de la récolte des plantes au séchage et au mélange, nous suivons le chemin qui mène à la dégustation d’une tasse de tisane fumante !

Préparation de la tisane : la première étape

La préparation d’une bonne tisane n’est pas si simple : il faut d’abord être bien informé sur les propriétés spécifiques de chaque plante, sur la possibilité d’utiliser ses différentes parties (fleurs, racines, parties ligneuses, écorce, feuilles) et sur la façon de les combiner.

Une fois que les caractéristiques spécifiques des plantes médicinales sont connues grâce à des lectures et des livres sur la phytothérapie ou des cours et de l’auto-apprentissage, vous pouvez essayer de combiner les différentes parties entre elles. Si, toutefois, vous pensez ne pas avoir la patience, l’envie ou le temps suffisants pour approfondir le sujet, il est toujours bon de faire appel à votre herboriste de confiance pour préparer des tisanes ;

Préparation des tisanes : la mécanique des phytocomplexes

La préparation d’une bonne tisane se poursuit par la combinaison effective des différentes parties, ce qui permet de tirer le meilleur parti des phytocomplexes contenus dans chaque plante. Mais comment savoir quelles parties ou herbes combiner ? Prenons l’exemple d’une pyramide : à la base se trouve le remède de base, c’est-à-dire la plante qui contient le principe actif, efficace pour l’affection à traiter. En deuxième lieu se trouve l’adjuvant, c’est-à-dire une ou plusieurs plantes qui peuvent agir en synergie avec le remède de base pour en renforcer les effets.

Lire aussi :  Tisane de verveine : propriétés et utilisations

En troisième position, au sommet de la pyramide, on trouve le complément, l’herbe qui donne à la tisane un goût agréable, et enfin le correcteur, l’herbe qui améliore les caractéristiques organoleptiques de la tisane ;

La préparation des tisanes : le broyage

Il est important de suivre une procédure minutieuse lors de la coupe et du hachage des herbes utilisées pour la préparation de la tisane. Les herbes doivent être cueillies à la bonne période de l’année, laissées à sécher puis bien hachées, à l’aide d’un mortier, de préférence en pierre ou en marbre, comme cela se faisait autrefois, sans que les herbes n’entrent en contact avec des lames ou des pièces métalliques qui pourraient en altérer les composants. La préparation des herbes pour les tisanes se fait correctement si les différentes parties sont hachées à la bonne taille : les herbes ne doivent pas devenir de la poudre, sinon il serait difficile de les filtrer.

Le stockage des tisanes prêtes à l’emploi est tout aussi important que la préparation : dans des pots en verre hermétiquement fermés et à l’abri de la lumière ;

La préparation des tisanes : infusion, décoction ou trempage ?

La préparation finale des tisanes nécessite l’utilisation d’eau pour activer les propriétés des phytocomplexes. Cela peut se faire de trois manières différentes : infusion, décoction ou macération. Pour l’infusion, il suffit de faire bouillir l’eau, d’ajouter les herbes et de laisser reposer pendant quelques minutes, c’est-à-dire pendant un temps spécifique pour chaque plante ; pour la décoction, il faut faire bouillir à nouveau l’eau après avoir ajouté les herbes et laisser reposer.

Lire aussi :  Moringa oleifera : propriétés anti-inflammatoires

Pour le trempage, les herbes sont laissées dans l’eau froide pendant quelques heures, parfois toute la nuit, et le mélange est bu froid.

Important : la tisane doit être bue immédiatement, car c’est le seul moyen d’éviter que les parties importantes ne s’évaporent dans la vapeur, c’est pourquoi certaines tasses à tisane ont des couvercles !