La kinésiologie appliquée est une discipline qui donne de bons résultats sur les enfants, en corrigeant certaines erreurs posturales et déficits musculaires ou en découvrant certains troubles métaboliques alimentaires.

Le recours à un kinésiologue n’est pas encore très courant ici en France, en partie parce que la kinésiologie est une pratique extrêmement particulière et qu’elle nécessite une formation importante.

Elle se base sur le principe qu’il existe une correspondance parfaite entre les muscles et les organes (y compris les méridiens énergétiques) : si l’organe et son système ne sont pas en « équilibre » (décompensés en raison de pathologies, de déséquilibres chimiques, de déséquilibres psychosomatiques), son muscle de référence subit également une altération hypotonique en conséquence.

Le langage de la kinésiologie est apparemment simple, binaire, basé sur des réponses affirmatives ou négatives, mais il peut conduire à des niveaux de recherche complexes. Le test kinésiologique ou test musculaire est le moyen d’investigation permettant de vérifier les conditions d’équilibre sur le plan physique, chimique et émotionnel.

La kinésiologie et les enfants

L’une des critiques formulées à l’encontre de la kinésiologie concerne la possibilité d’un conditionnement des personnes soumises à des tests musculaires. Eh bien, les enfants sont la réponse à cette suspicion : il est difficile d’influencer leur réactivité musculaire. De plus, pour eux, ce type d’enquête peut être un jeu amusant qui élimine l’obstacle de la peur, de la réticence à enquêter sur un éventuel problème.

Lire aussi :  L'acupuncture pendant la grossesse : l'effet bénéfique de l'aiguille

Une liste correcte de questions permet de découvrir facilement et sans traumatisme les intolérances alimentaires, les infections intestinales, les difficultés visuelles, l’hypotonie musculaire secondaire, c’est-à-dire résultant d’un déséquilibre organique ou métabolique.

L’important est de s’en remettre à un kinésiologue expérimenté et formé qui sait écouter ce que dit le corps !

La kinésiologie et les problèmes de l’enfance

Les conditions particulières apparaissent souvent dès le plus jeune âge en raison du stress, des peurs, du besoin d’attention : certains enfants souffrent d’énurésie, d’hyperactivité, de difficultés à dormir ou à dormir paisiblement, d’instabilité émotionnelle.

La kinésiologie appliquée dans des cas comme ceux-ci peut être une aide valable, sans traitements pharmacologiques ou remèdes lourds, car elle intervient au niveau mental, physique et chimique/hormonal, en modulant les déséquilibres.

Elle commence par la vérification d’un dysfonctionnement psychomoteur, défini techniquement comme une désorganisation neurologique. La formulation peut sembler effrayante, mais en réalité il peut simplement y avoir des désalignements au niveau mandibulaire-cranio-sacré qui « perturbent » certaines fonctions et génèrent des effets particuliers.

Par exemple, l’énurésie (pipi au lit) peut être le résultat d’un traumatisme de l’axe mandibulaire-cranio-sacré qui peut avoir provoqué un relâchement de ce qu’on appelle le diaphragme pelvien, de sorte que des organes comme la vessie sont aussi légèrement abaissés et sollicités dans certaines positions. Il est possible de travailler sur le réalignement de l’axe à travers certaines techniques spécifiques (stimulation de certains points par le thérapeute, comme le 27R, stimulation des méridiens de référence avec des tapotements, par exemple) pour renforcer la partie faible et modifier un état.

Lire aussi :  Le massage suédois de base : histoire et bienfaits

Les problèmes de l’enfance sont nombreux et souvent attribués à des origines psychologiques, mais il s’agit parfois de manifestations qui découlent de déséquilibres subtils mais purement physiques auxquels on n’attache aucune importance.

Il suffit de penser à l’habitude de sucer son pouce : nous serions tous prêts à faire de la psychologie mesquine. En réalité, un kinésiologue ou un ostéopathe a une interprétation différente du phénomène, lié au mouvement des os du crâne et à une forme de compensation inconsciente que le sujet fournit. En effet, le pouce aspiré est généralement aussi poussé vers le palais et provoque une déformation de l’arcade supérieure.

La figure professionnelle du kinésiologue et de l’ostéopathe devrait être incluse parmi celles que nous consultons généralement, car ils peuvent identifier et corriger les désalignements et les déséquilibres de la structure osseuse, musculaire et nerveuse qui sont souvent négligés.