« Toute forme de dépendance est mauvaise, peu importe que le narcotique soit l’alcool, la morphine ou l’idéalisme. » C’est ainsi que Carl Gustav Jung a défini les addictions. Comment peut-on laisser un vice diriger nos vies ? Qu’est-ce qui nous fait quitter la maison sous la pluie et dans le froid juste par peur de manquer de cigarettes ? Pourquoi, en allumant une cigarette, ne vous rendez-vous pas compte que vous écourtez votre vie ?

Les raisons de fumer sont nombreuses, tant physiques que psychologiques, et beaucoup a déjà été écrit à leur sujet. Dans cet article, cependant, nous voulons expliquer ce que le tabagisme fait à notre corps et comment le Moringa nous aide à le combattre, mais sans jamais, pas même une minute, justifier cette habitude.

Le système respiratoire humain commence dans le nez et la bouche et se termine dans les alvéoles des poumons, en traversant tout l’organisme. C’est à travers elle que s’effectuent tous les échanges gazeux indispensables à l’acte respiratoire et à l’oxygénation des organes. La fumée de cigarette, en particulier, traverse l’ensemble du système respiratoire jusqu’à ce qu’elle atteigne les alvéoles, en position terminale de l’arbre respiratoire.

Il a été scientifiquement prouvé que la fumée de cigarette est nocive en raison de son pouvoir irritant et pro-inflammatoire.

Pourquoi fumer est-il mauvais pour la santé ?

De nombreux composés chimiques composent la fumée de cigarette : le monoxyde de carbone, la nicotine, le formaldéhyde ne sont que quelques-uns des produits chimiques présents dans la fumée.

Ce sont des molécules hautement cancérigènes qui mettent le système respiratoire dans un état constant d’inflammation et l’endommagent donc constamment. Lorsqu’un état inflammatoire est présent, des effets caractéristiques apparaissent dans l’organisme concerné.

 

 

L’organisme met en œuvre un mécanisme de défense non spécifique dont le but, et le résultat final, est d’éliminer la cause de la lésion tissulaire. L’inflammation sert à détruire l’agent nocif, mais elle déclenche en même temps une série de mécanismes qui favorisent la réparation ou le remplacement du tissu endommagé.

Les médiateurs chimiques de l’inflammation sont libérés dans l’organisme et activent les mécanismes de défense. La famille des leucocytes est impliquée dans l’inflammation sous la forme de granulocytes et de macrophages, qui ont une double action : phagocyter, c’est-à-dire engloutir et détruire les agents nuisibles, et libérer des substances pro-inflammatoires comme les cytokines et le facteur de nécrose tumorale (TNF).

Les cytokines sont des protéines qui relient les différents types de cellules impliquées dans l’inflammation et l’immunité. Le TNF régule et stimule les cellules du système immunitaire en induisant la fièvre, la mort cellulaire apoptotique et la cachexie ;

Lire aussi :  Traitement de l'herpès : les 10 remèdes les plus efficaces

Quel est le rôle de Moringa oleifera ?

Le Moringa oleifera, une plante originaire des zones subtropicales et tropicales de la Terre, est une aide précieuse contre les radicaux libres grâce à son activité antioxydante. Enfin, son activité anti-inflammatoire protège l’organisme de toutes les réactions en chaîne déclenchées par une réaction inflammatoire.

Selon une étude publiée en février 2014 dans Nutriments (Une fraction d’acétate d’éthyle de Moringa oleifera Lam. Inhibe la production de cytokines des macrophages humains induite par la fumée de cigarette. Kooltheat, Sranujit, Chumark, Potup, Laytragoon-Lewin, Usuwanthim), Moringa oleifera, testé sur un extrait de fumée de cigarette, a donné des résultats surprenants au point de pouvoir observer une production réduite de protéines cytokines et de TNF, atténuant ainsi le phénomène inflammatoire. En outre, le Moringa inhibe l’expression d’un gène impliqué dans l’inflammation et réduit l’infiltration des neutrophiles dans les poumons, minimisant ainsi l’inflammation du tissu pulmonaire. Le résultat final est une réduction significative de l’inflammation dans le tissu pulmonaire, qui est capable de travailler à pleine capacité.

 

Est-il possible de fumer ?

La réponse est évidente : NON !

L’objectif de cet article est simplement de démontrer les innombrables propriétés du Moringa, mais en gardant toujours à l’esprit que la fumée de cigarette, et la fumée secondaire en l’occurrence, est à l’origine de la plupart des maladies qui, à des rythmes différents, conduisent à la mort.

Lire aussi :  Moringa oleifera : hépatoprotection et néphroprotection après la prise de médicaments

Pour notre propre bien-être, il serait bon d’arrêter de fumer et, si nécessaire, de se faire aider par un centre spécialisé qui sait comment gérer la dépendance non seulement physique mais aussi mentale.

Le moringa nous aide mais ne justifie pas l’habitude.