En France, la fibromyalgie touche environ 1,5 à 2 millions de personnes, principalement des femmes. L’acupuncture est une thérapie valable dans le traitement de cette affection douloureuse.

La fibromyalgie est une affection douloureuse définie comme un syndrome musculo-squelettique provoquant des douleurs et une fatigue organiques, incomprise pendant des années. Elle affecte les muscles et les tendons, comme dans l’arthrite, mais contrairement à cette dernière, la fibromyalgie n’est pas reconnue comme une affection inflammatoire, pas plus que les déformations articulaires ;

Les points principalement impliqués dans la fibromyalgie sont appelés « points sensibles » et sont symétriques, de part et d’autre du corps, comme à la base du crâne et du cou, par exemple, au sommet de l’épaule, sur la cage thoracique, entre la clavicule et la colonne vertébrale, sur l’avant-bras, dans la partie supérieure de la hanche, dans la partie supérieure de la fesse, ou au niveau du genou, etc.

Les causes de la fibromyalgie sont encore inconnues de la médecine occidentale et l’on suppose qu’elles peuvent être : des altérations des neurotransmetteurs, des déséquilibres hormonaux, des troubles du sommeil, des conditions de stress, et aussi une des théories les plus récentes suppose que la perception réduite de la douleur est la cause d’une sensibilité musculaire accrue à des microtraumatismes répétés, dans lesquels interviennent différents facteurs tels que : les traumatismes physiques, le stress, la fatigue, l’humidité et le froid, le syndrome prémenstruel, qui peuvent tous aggraver le tableau clinique décrit ci-dessus.

Diagnostic : il n’existe pas d’examens de laboratoire spécifiques, mais ils sont nécessaires pour exclure d’autres types de pathologie capables de provoquer des troubles similaires, comme l’hypothyroïdie. Le spécialiste de choix pour le diagnostic de la fibromyalgie est le rhumatologue. Les principaux symptômes se manifestent dans diverses parties du corps : la douleur, qui est le principal symptôme, peut être concentrée dans le cou, les épaules et les bras, ou concerner l’ensemble du corps. Sa gravité peut varier en fonction du stress, du climat, du sommeil ou au cours de la journée. Les douleurs causées par la fibromyalgie semblent n’avoir aucune limite. Ils sont constants dans leur intensité et leur répartition. Il peut s’agir de douleurs persistantes, mais elles peuvent aussi varier en intensité, en durée et en fréquence au niveau de la zone douloureuse, elles peuvent aller du « syndrome du tout-venant » aux « douleurs migratoires ». Les patients les décrivent comme des douleurs musculaires atroces, avec des brûlures, ou des crampes et des blessures, comme des lames de couteau.

Très souvent, le matin, la douleur et la raideur sont encore plus prononcées, et les groupes musculaires sont profondément fatigués. Il peut y avoir des douleurs dans les articulations des mâchoires, des douleurs faciales (pseudo-névralgie du trijumeau, douleur faciale atypique) et des problèmes au niveau des dents et des sinus. Souvent, des dents sont extraites et le patient se plaint d’une douleur fantôme dans la dent déjà extraite. Les problèmes de déglutition et de langue sont connus sous le nom de syndrome cou-langue. On estime que plus de 90 % des personnes atteintes de fibromyalgie ressentent également de la fatigue, de la lassitude et des difficultés à dormir. Les symptômes « collagéniques » les plus fréquemment signalés sont les maux de tête et les migraines, les fourmillements dans les mains, les sensations de douleur semblables à des piqûres d’épingle, le syndrome du côlon irritable et bien d’autres encore. Ces symptômes peuvent être présents à des degrés divers, mais il est peu probable qu’ils se manifestent tous chez la même personne. La seule véritable conséquence à moyen et long terme de la pathologie fibromyalgique est l’apparition d’un syndrome du côlon irritable chez 20 à 40 % des patients souffrant de douleurs abdominales, de constipation, de crises de diarrhée, de flatulences et de nausées, probablement chez les personnes prédisposées.

Traitement de la fibromyalgie

 

Lire aussi :  Le massage cervical : quand et comment le pratiquer ?

La médecine occidentale propose comme traitement la pharmacothérapie, qui doit être associée à une activité physique et à une information et une éducation complètes du patient concernant, par exemple, l’hygiène du sommeil, facteur considéré comme décisif, capable d’améliorer ou d’éliminer les facteurs déclenchants et/ou capable d’aggraver de manière significative les symptômes de la douleur : – en ce qui concerne les médicaments, on utilise principalement le paracétamol, les anti-inflammatoires et les analgésiques de différentes catégories. – Des antidépresseurs et des myorelaxants sont souvent prescrits pour améliorer la qualité du sommeil, ainsi que des médicaments agissant sur la transmission nerveuse, qui n’ont donné des résultats appréciables que chez une petite proportion de patients. Le diagnostic traditionnel est basé sur l’identification de 11 des 18 points sensibles (points sensibles) et/ou points douloureux.   

La médecine traditionnelle chinoise (MTC) repose sur des textes très anciens, dont la datation précise est difficile, car ces textes ont été intégrés au cours de milliers d’années d’histoire et de culture chinoises. Il ne s’agit pas, en effet, d’une œuvre écrite par un seul auteur, mais de la somme des connaissances des anciens, qui ne sépare pas la pensée philosophique de celle de la médecine. La version finale du plus ancien texte sur la médecine chinoise, le Huang Di Nei Jing – Le livre classique de l’empereur jaune, composé de deux parties : So Wen – Les questions simples de l’empereur jaune à son médecin ; le Ling Shu – Pivot spirituel, est daté de la dynastie Han, en 200 avant Jésus-Christ ;

Un autre texte important pour la connaissance de la MTC est le Nan Jing ou Livre des questions difficiles, qui rassemble des interprétations et des explications sur les thèmes les plus complexes non traités dans le Nei Jing, dont il est un recueil ; la vision philosophique qui imprègne l’ensemble de l’œuvre est la vision taoïste, connue à travers le Tao-Te Ching, de Lao Tzu, personnage historique du IVe ou VIIe siècle avant J.-C.. De très nombreux textes posthumes ont été retrouvés au fil des ans, et tous, de manière plus ou moins évidente, font référence aux textes susmentionnés, au point de devenir la pierre angulaire de la connaissance et de la culture scientifiques chinoises. Ces premiers écrits ont été suivis de longues années de guerres entre dynasties, de migrations de peuples, de brûlages de livres, puis la guidance éclairée de Confucius a commencé et, en Chine, tout l’appareil des connaissances médicales et philosophiques a subi au fil des siècles des interprétations, des remaniements, des commentaires et des observations, qui constituent aujourd’hui les fondements de la MTC ;

Tous ces textes nous ont aidés et nous aident encore aujourd’hui à comprendre et à encadrer les maladies tant du point de vue de leur étiopathogénie que de celui de leurs mécanismes les plus intimes, car en médecine chinoise l’organisme humain est compris non pas tant comme une structure anatomique de chair et d’os, mais plutôt comme un ensemble de flux énergétiques dont l’altération ou la stagnation peut déterminer une maladie ou un dysfonctionnement ;

Sur la base de cette vision énergétique des maladies, il est également possible d’encadrer la Fibromyalgie, une pathologie particulière caractérisée par la présence de douleurs musculaires généralisées, dont le diagnostic est particulièrement difficile car, selon la médecine chinoise, elle ne s’identifie pas à un tableau pathologique particulier, mais à plusieurs tableaux pathologiques différents, chacun bien caractérisé tant par son origine que par un ensemble de signes et de symptômes spécifiques, dont le seul dénominateur commun est la présence systémique de douleurs localisées aux muscles et aux tendons du corps. Le diagnostic précis de ce syndrome est, comme pour toute autre maladie, la condition préalable à un traitement efficace de celle-ci, que l’on aborde le patient avec la MTC ou que l’on utilise la médecine occidentale ;

Lire aussi :  Approche bioénergétique de la relation d'aide !

 

L’acupuncture en tant que médecine énergétique, qui fait partie de la médecine traditionnelle chinoise (MTC), est certainement le meilleur traitement possible pour la fibromyalgie, car elle intervient directement sur les causes de la douleur comprise comme une stagnation énergétique. En Acupuncture, en effet, la théorie de la douleur est exprimée par le dicton : « Bu tong ze tong, tong tong ze bu » qui signifie « libre flux : pas de douleur, pas de libre flux : douleur », où la douleur est considérée comme l’interruption de la libre circulation de l’énergie vitale (ou qì) à l’intérieur du corps humain. Ainsi, en acupuncture, le syndrome de fibromyalgie est considéré comme un syndrome douloureux où il y a un blocage de l’énergie vitale, qui ne circule plus, avec un blocage énergétique qui provoque des symptômes douloureux dans les différents districts du corps ;

Dans le cas de la fibromyalgie, où la douleur est le symptôme dominant, la dysharmonie est souvent associée à des organes importants tels que le foie (gan), la rate (pi), le rein (shen) et le cœur (xin), qui président aux principales fonctions du corps, avec pour conséquence un déclin de la fonctionnalité de l’ensemble de l’organisme, en particulier aux stades avancés de la maladie. En effet, le concept fondamental de la MTC est lié au flux d’énergie, qui « voyage » à travers les méridiens (mai, canaux de transport de l’énergie/qi), qui relient et connectent les différents organes du corps les uns aux autres ; on comprend donc comment un blocage ou une altération du flux d’énergie en un point peut facilement avoir des répercussions en aval et en amont du point lui-même, créant des altérations dans le fonctionnement des différents organes et viscères.

Dans la MTC, en particulier, la théorie de la douleur est certainement particulière et est bien exprimée dans ce célèbre dicton : « Bu tong ze tong, tong tong ze bu » qui signifie « flux libre : pas de douleur, pas de flux libre : douleur ». En pratique, la douleur est considérée comme une interruption de la libre circulation du Qi dans le corps humain. La perturbation ou l’interruption de la libre circulation du Qi qui se produit dans la fibromyalgie et qui provoque le symptôme de la douleur, est généralement associée à une dysharmonie d’organes importants tels que le foie (gan), la rate (pi), les reins (shen) et le cœur (xin), qui président aux principales fonctions du corps telles que la circulation sanguine et la nutrition des tissus, la digestion et la filtration ; toutes des fonctions importantes qui sont de première importance pour le bien-être de l’organisme et le flux organique de l’énergie ;

L’acupuncture dans cette pathologie propose des traitements visant principalement à soulager la douleur, qui est le symptôme le plus handicapant pour les patients, par la stimulation de points d’acupuncture spécifiques situés sur les principaux méridiens énergétiques des organes impliqués dans la circulation de l’énergie qi. La disposition des méridiens est assez complexe et peut être schématisée comme un réseau dans lequel on peut reconnaître les 12 méridiens principaux, plus superficiels et répartis dans tout le corps de la tête aux pieds, qui véhiculent l’énergie vitale des différents organes et viscères ; à ceux-ci s’ajoutent les méridiens secondaires (Distinct – Extraordinaire – Lo – Musculo-tendineux), qui courent plus profondément et permettent les connexions énergétiques de tout le corps. Les principaux points d’acupuncture utilisés en acupuncture sont situés sur ces canaux énergétiques. À titre d’exemple, nous pouvons dire que le Foie/Gan peut être stimulé en utilisant les deux principaux points d’énergie du méridien du Foie, qui commence au pied et se termine à la poitrine, LV 2 et LV 3 ; tandis que pour la Rate/Gan, les nombreux acupoints du méridien de la Rate, qui commence au pied et se termine à la ligne axillaire, sont importants : SP 6 et SP 9 ; pour le Rein/shen, nous pouvons considérer les points du membre inférieur KI 2, KI 6 et KI 7, et enfin, pour le Cœur/xin, les acupoints du méridien du cœur qui passe par le bras sont importants, à savoir : HT 7 et HT 9.  En MTC, les tableaux relatifs à la pathologie de la fibromyalgie sont classés comme « faux bi » ou « faux rhumatisme » des tissus musculo-tendineux, dans lesquels l’apparition de la douleur a diverses causes, telles que Déficit sanguin et énergétique – Déficit hépatique et rénal – Syndromes post-viraux – Stase sanguine et/ou Vent interne ;

Lire aussi :  Energies subtiles et auto-guérison

Il y a aussi trois conditions qui peuvent causer la douleur dans la MTC, comme :

 

  • le blocage du flux énergétique par un traumatisme ou un engorgement énergétique ou sanguin
  • La stagnation de l’énergie du Foie à cause des pensées et des émotions
  • Déficit d’énergie et de sang

 

Ces conditions, qui sont étroitement liées au symptôme de la douleur, sont associées au blocage de l’énergie vitale et de sa circulation dans des organes tels que le foie, la rate, les reins et le cœur ;

1. Stagnation de l’énergie/du qi du foie : lorsque les symptômes peuvent être déclenchés ou aggravés par une situation stressante. Les principes thérapeutiques sont : calmer le Foie en utilisant les points méridiens du Foie et faire circuler le qi et le xué avec les acupoints de la Vessie – de la Rate – du Péricarde ;

2. Déficit énergétique et sanguin : les organes internes les plus compromis à l’origine de ce syndrome sont la Rate, qui est déficiente en énergie, et le Cœur, qui est déficient en sang, typique d’un syndrome de vidange du Qi et du sang du Cœur et de la Rate. Ce syndrome a tendance à être compliqué par l’apparition d’une stagnation de l’énergie et du sang. Facteur clé du diagnostic : fatigue marquée avec faiblesse musculaire. Les principes thérapeutiques sont : la tonification de l’énergie et du sang, l’apaisement de l’esprit avec des points des méridiens principaux de la Vessie – de la Rate – de l’Estomac – du Cœur – du Péricarde et du méridien extraordinaire Ren Mai ou Vaso Conception ;

3. Stagnation de l’énergie et du sang : la symptomatologie se caractérise par une douleur intense. Les principes thérapeutiques sont les suivants : activer la circulation de l’énergie et du sang en utilisant les points d’acupuncture de la Vessie – de la Rate – du Foie – du Cœur – du Péricarde et les points du Ren Mai et du Gros Intestin pour la douleur.

4. Déficit de l’activité fonctionnelle du Rein : le Rein peut être déficient dans une ou plusieurs de ses énergies propres : yin, yang, qi, essence/jing, impliquant les deux racines rénales : rein Yin et rein Yang (étroitement lié au jing), ce déficit implique la Vessie ; c’est pourquoi les symptômes et les signes qui peuvent apparaître sont multiples, selon les différentes formes cliniques :   -KIDNEY EMPTY -FORMS OF EMPTY/BASIN EMPTY : il s’agit de syndromes complexes liés à des pathologies rénales et vésicales, correspondant à des stratégies d’acupuncture complexes, agissant à différents niveaux sur de nombreux organes et appareils étroitement liés.

Les principes thérapeutiques sont : la tonification des énergies déficientes et le renforcement du Rein, impliquant principalement les méridiens Rein, Vessie, Vaisseau de la Conception, Vaisseau Gouverneur, Vessie biliaire, Cœur, Ministre du Cœur, Poumon, Intestin grêle et Estomac.