L’acupuncture a de nombreuses applications en gynécologie et en obstétrique.

L’acupuncture est une branche importante de la médecine traditionnelle chinoise (MTC), dont les principes de diagnostic et de thérapie reposent sur une tradition millénaire.

Il s’agit d’une technique radicalement différente de la médecine occidentale.

La maladie en MTC n’est pas une pathologie affectant des organes isolés, mais le dysfonctionnement d’une entité vivante, l’altération de l’équilibre d’un organisme, normalement doté d’harmonie. Dans cette logique, il n’est pas possible de mettre en œuvre des recettes préconçues, mais il est nécessaire d’identifier le mécanisme énergétique altéré et de le régulariser par une connaissance approfondie des acupoints.

L’intégration de la médecine occidentale et de la MTC a un excellent champ d’application en gynécologie et en obstétrique, comme en témoignent les résultats importants obtenus dans le domaine de la fertilité, des troubles menstruels, de la poly-ablation, de la ménopause et, enfin et surtout, dans la pratique obstétricale. Il existe également des preuves scientifiques bien établies à ce sujet, qui sont également acceptées par la médecine occidentale, notamment dans le domaine de l’amélioration des résultats des cycles FIV/ICSI grâce à l’acupuncture, de l’amélioration des valeurs du spermiogramme et du traitement des pathologies gynécologiques fonctionnelles telles que la dysménorrhée, les irrégularités menstruelles, etc.

Lire aussi :  Acupuncture : comment la séance se déroule-t-elle ?

L’acupuncture est très efficace dans les domaines uro-gynécologiques et obstétriques.

L’application de cette thérapie à la gynécologie implique d’interpréter le tableau clinique de chaque patiente selon les critères de diagnostic de la MTC, en choisissant en conséquence les points d’acupuncture, qui ne sont jamais situés sur les muqueuses génitales, mais plutôt dans diverses zones superficielles du corps (membres, abdomen, etc.).

Ils traitent avec succès les troubles du cycle menstruel, les douleurs vulvaires, les troubles du climatère, notamment chez les femmes ayant subi une chirurgie du cancer du sein, où une œstrogénothérapie serait néfaste, les leucorrhées et l’incontinence vésicale.

La grossesse est un événement absolument naturel, mais ces dernières années, elle a fait l’objet d’une médicalisation considérable.

Il est primordial, pendant la grossesse, d’effectuer tous les tests et contrôles nécessaires, de suivre un mode de vie sain et, dans la mesure du possible, d’utiliser des remèdes doux plutôt que des remèdes pharmacologiques. L’acupuncture, alors, a plusieurs indications dans le :

– le traitement des nausées gestationnelles,

– le retournement du fœtus en présentation par le siège,

– la préparation au travail lors de l’accouchement.

Actuellement, l’efficacité de l’acupuncture dans certaines pathologies a également été reconnue par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et, ces dernières années, de nombreuses publications scientifiques ont confirmé les excellents résultats que cette technique peut obtenir si elle est utilisée de manière professionnelle.

Lire aussi :  Aide shiatsu pour les douleurs cervicales

L’acupuncture est utilisée avec succès dans le traitement des troubles suivants :

– Altérations du cycle menstruel : cycles altérés en rythme (précoces, tardifs, irréguliers) et en quantité (hémorragiques ou trop peu nombreux), cycles douloureux (dysménorrhée), syndrome prémenstruel, céphalées pré et post-menstruelles, etc. ;

– Troubles post-partum : douleurs périnéales dues à l’épisiotomie, constipation et hémorroïdes, modifications de la miction, faiblesse et manque d’appétit, absence de lait, engorgement mammaire, dépression légère, transpiration spontanée et nocturne, fièvre, vertiges, perte de cheveux, etc. ;

– Troubles de la ménopause : bouffées de chaleur, transpiration, insomnie, agitation, sécheresse vaginale, etc .