Thé méconnu en France, adoré en Orient pour ses fantastiques propriétés bénéfiques pour la santé, le Kombucha est un remède naturel qui a fait du chemin et dispense vitamines et acides aminés. Découvrez comment le fabriquer !

Kombucha, comment trouver le champignon ?

Le thé Kombucha est une boisson fermentée faite à partir de thé (thé vert ou thé noir) et d’une culture de bactéries et de levures. Il est originaire d’Asie orientale et est arrivé en Allemagne via la Russie au début des années 1900. Cet ancien remède maison est le plus sain des différents types de thé, largement utilisé dans d’autres pays contre tous les maux possibles. S’il est traité correctement, il se développe de manière robuste et accompagne son propriétaire tout au long de sa vie. Pour la préparer, la première étape consiste à « prendre possession » de cette culture ;

Mais où peut-on trouver ce champignon ? Pour préparer ce thé, vous avez besoin du champignon et vous pouvez soit l’acheter en ligne, soit l’obtenir de quelqu’un, de préférence un ami. Cette dernière option est la meilleure, car il est peu probable que des magasins tels que les herboristeries ou les magasins biologiques puissent en trouver. Le champignon se multiplie ensuite au cours de la fermentation, ce qui donne naissance à un nouveau champignon, de couleur plus claire que le précédent. Les champignons qui ont déjà été utilisés doivent être jetés et de nouveaux champignons peuvent être utilisés pour fermenter une nouvelle boisson. La multiplication des champignons pour la fabrication du thé Kombucha permet d’acheter le produit une seule fois et de transmettre le champignon d’une génération à l’autre, d’un ami à l’autre, d’une famille à l’autre.

Lire aussi :  Clarté sur les fleurs de Bach

Voici ce dont vous avez besoin pour faire du thé Kombucha

Pour faire du Kombucha, il vous faut : un ferment ou une culture de Kombucha, 70 à 100 grammes de sucre blanc raffiné par litre d’eau, 2 cuillères à café de thé vert ou de thé noir par litre d’eau.

Il est préférable de commencer avec un ou deux litres. Préparez le thé en portant un litre d’eau à ébullition dans une grande casserole et en versant une cuillère à café de thé noir ou vert dans l’eau fraîchement bouillie, hors du feu. Laissez les feuilles infuser pendant environ 10 à 15 minutes. Si vous n’avez pas de feuilles, les sachets de thé sont parfaits. Passez les feuilles au tamis ou retirez les sacs et ajoutez environ 70-100 grammes de sucre avant que tout ne refroidisse, remuez et laissez refroidir. Ce n’est que lorsque l’infusion est tiède que l’on peut ajouter la culture. Il faut faire attention car la culture mourra si elle est placée dans une solution bouillante. Lorsque le thé a refroidi, versez la solution dans le récipient en verre. Si c’est la première préparation, ajoutez le liquide que vous avez eu avec la culture. (Pour les fois suivantes, il est toujours nécessaire de conserver une certaine quantité de préparation – liquide de départ ou « starter » – pour ajouter environ un dixième – 10% – de la quantité de nouvelle préparation qui sera produite). Placez la culture vivante de Kombucha dans le liquide, en prenant soin de tout recouvrir d’un tissu ou d’une serviette en coton ou en lin et de le fixer sur les côtés avec un grand élastique. Placez le bocal en verre contenant le produit dans un endroit calme, d’où il ne sera jamais déplacé. Au cours du processus de fermentation, le champignon effectue des réactions : il se nourrit de sucre et, en retour, produit des substances précieuses telles que : l’acide glucoronique, l’acide lactique, des vitamines, des acides aminés, des substances antibiotiques et d’autres produits. Le champignon utilisé pour fabriquer le Kombucha est donc une véritable usine biochimique miniature !

Lire aussi :  Tisanes contre les allergies

Phase finale et mise en bouteille

C’est le début de la fermentation, qui doit durer environ 8 à 12 jours, selon la température et les goûts personnels. Plus la température est élevée, plus la fermentation est rapide ; moins il y a de jours de fermentation, plus le thé restera sucré, tandis qu’il deviendra plus acide au fil du temps. La température du liquide ne doit pas descendre en dessous de 20°C et ne pas dépasser 30°C (la température idéale est d’environ 23° – 27°C). La lumière n’est pas nécessaire. La culture fonctionne également dans l’obscurité, mais pas à la lumière directe du soleil, car elle pourrait être endommagée par celle-ci.

 

Lorsque le thé a atteint le bon degré d’acidité (pH 2,7 – 3,2), selon le goût personnel, il est nécessaire de retirer la culture avec des mains propres, de la laver à l’eau froide ou à peine tiède et de remplir le bocal en verre avec du nouveau thé et de répéter les opérations. Le mélange obtenu est placé dans des bouteilles hermétiquement fermées, où la formation d’un peu de sédiment au fond est normale. Pour une satisfaction maximale lors de la consommation de cette boisson, il faut la laisser mûrir quelques jours de plus, environ cinq, après la mise en bouteille et elle se conservera pendant des mois si les bouteilles sont gardées dans un endroit frais. La boisson a un goût agréable, elle est effervescente, légèrement acide et rafraîchissante. Vous pouvez généralement boire trois verres par jour, un verre (100ml) le matin à jeun, le deuxième verre après un repas dans la journée et le troisième juste avant de vous coucher.