Pour faire du bon thé, il ne suffit pas de faire bouillir de l’eau chaude. Pour pouvoir profiter pleinement des différents types de thé, il convient de prendre note de ce qui suit : comment les différents modes et moments de préparation peuvent affecter le succès de la boisson.

Préparation du thé

Qu’il s’agisse de thé vert de différents types, de thé blanc ou de simple thé noir en sachet, que l’on boive rarement du thé ou que l’on soit un passionné et un adepte méticuleux, apprendre comment le thé est préparé est un plus lorsqu’il s’agit de déguster la boisson. Les éléments essentiels pour une bonne préparation du thé se révèlent être : le type de thé, l’eau utilisée, les accessoires. Voyons-les un par un.

Thé

Il est évident qu’il est très important de choisir la matière première pour la préparation. Selon l’origine et les traditions des différents pays, le thé, qu’il soit en feuilles ou en sachets, doit être de bonne qualité, et sa certification et son origine doivent être vérifiées. Le thé est également un produit très sensible, et il faut faire attention à la manière dont il est stocké. Après l’avoir ouvert, il est conseillé de le conserver dans un endroit frais et sec, à l’abri de la lumière directe, afin de ne pas perdre son arôme.

Lire aussi :  Clarté sur les fleurs de Bach

Eau

L’eau du robinet est généralement utilisée pour faire du thé, mais dans certains cas, elle peut avoir un goût ou une odeur particulière. Nous comprenons l’importance de l’eau dans la fabrication du thé à partir de ce que les Chinois appellent l’eau, « la mère du thé ». En effet, pour une bonne infusion du thé, il est important d’utiliser une eau légère et sans goût, donc pas trop riche en minéraux ou en chlore.

L’eau ne doit pas non plus être trop alcaline, car cela entraînerait l’oxydation des polyphénols et réduirait ainsi l’effet bénéfique du thé, notamment du thé vert. Pour une bonne dégustation de thé, vous pouvez donc utiliser l’eau du robinet, à condition qu’elle ait de bonnes qualités chimiques et organoleptiques. Mais si vous n’avez pas cette chance, vous devrez compter sur l’eau en bouteille, même s’il faut aussi se méfier de l’eau minérale, qui n’est pas toujours légère et certainement plus « stagnante » que l’eau du robinet.

Température de l’eau

Pour réaliser une bonne infusion, l’eau doit avoir une température d’environ 70°/80° pour le thé vert, plus élevée pour le thé noir ou rouge alors qu’au contraire, pour le thé blanc, la température ne doit pas atteindre l’ébullition, tout au plus 70°. Le temps d’infusion varie d’un thé à l’autre et selon l’effet que l’on veut obtenir, très long pour le thé blanc, par exemple.

Lire aussi :  Thés japonais

Il faut savoir que la théine est libérée immédiatement après avoir versé le thé, précisément pendant les deux premières minutes, et qu’elle cède ensuite la place au tanin de la troisième à la cinquième minute d’infusion. Si vous voulez un thé plus léger, rincez le thé avec de l’eau bouillante avant de le faire infuser. On porte ensuite l’eau à ébullition et on la laisse reposer pendant quelques secondes. La théière est ensuite rincée à l’eau chaude pour la réchauffer et la purifier, puis les feuilles de thé y sont placées. Dans le cas du thé en sachet, on laisse le sachet infuser pendant le temps indiqué.

Accessoires : théière et tasses

La théière est évidemment l’élément le plus important. Les amateurs de thé ont plus d’une théière, à utiliser en fonction du type de thé et du nombre de personnes qui le boivent. Il existe de grandes théières pour les personnes nombreuses et de plus petites théières pour savourer une bonne tasse de thé seul. Les théières peuvent être fabriquées en porcelaine et en émail, ou en terre cuite. Les théières en porcelaine conviennent aux thés verts et aux thés plus doux, tandis que les théières en faïence, qui absorbent davantage l’arôme, sont utilisées pour les thés noirs et les thés plus forts et plus corsés.