Pourquoi le rééquilibrage émotionnel implique-t-il des tests musculaires ? Et que signifie avoir une compréhension profonde de la manière dont la force est organisée dans le corps ? Examinons les principes de base de la kinésiologie.

Un bon moyen d’entrer dans une dimension thérapeutique inconnue est d’en faire l’expérience directe. La première approche avec un kinésiologue ou une kinésiologue n’est généralement pas oubliée car on découvre directement que le corps parle effectivement, et comment il parle. Les tests de force musculaire sont très révélateurs de notre organisation fonctionnelle. Si vous ne souhaitez pas acquérir une expérience directe tout de suite, nous vous recommandons le manuel « Manuale di kinesiologia applicata » de Mauro Stegnano, Lamberto Rondini et Carmela Travaglini. Les trois auteurs expliquent la technique et ses principes sous-jacents avec beaucoup de soin, de manière très simple mais approfondie. Regardons de plus près.

Le corps dans la perspective kinésiologique

Nous regardons souvent les parties du corps et ne les observons pas comme s’il s’agissait de zones d’intérêt sur lesquelles les émotions, les événements, les choix ont un impact. A l’inverse, les décisions que nous prenons ou les états d’esprit dans lesquels nous décidons de « rester » trop ou trop peu dépendent de l’état de santé et de la tonicité d’un certain district musculaire plutôt que d’un autre. Notre corps humain est traversé par des points neurolymphatiques, neurovasculaires et nutritionnels. Un muscle fonctionne bien lorsqu’il peut développer une contraction physiologique efficace ;

Lire aussi :  L'acupuncture dans les troubles mentaux et émotionnels et le soutien de la phytothérapie

Dans la perspective kinésiologique, le corps est un ensemble de sphères communicantes : énergétique, émotionnelle, mentale et spirituelle. L’homme ne se limite pas à l’organisation du corps physique. En kinésiologie, la musculature exprime une réaction et cette réaction est totalement connectée au système nerveux central (SNC). Le cortex frontal, les ganglions de la base et le thalamus participent tous à la résistance qui s’exerce et qui révèle beaucoup de choses sur nous. Les nerfs envoient des impulsions aux cellules musculaires et la stabilité du tonus musculaire en dépend. Voir le corps dans cette union globale, dans cette organisation fonctionnelle et efficace, permet d’aborder la maladie, qui devient un déséquilibre, et le traitement, qui devient une possibilité, d’une manière différente. La possibilité de retrouver une stabilité globale, organisée et fonctionnelle.

Les techniques de la kinésiologie appliquée

Lors d’un test de faiblesse musculaire, il y a 5 possibilités à considérer : s’il s’agit d’un problème nerveux, d’une rupture neurolymphatique, neurovasculaire, d’un facteur de dure-mère ou d’acupoints. Mais parfois la faiblesse n’est pas réelle et il peut y avoir des erreurs de lecture dues à une confusion organisationnelle générale dans l’organisme. C’est là qu’intervient la commutation. La commutation fait référence à un état général de confusion, de stress, de manque de coordination, de nervosité, de vertige, d’étourdissement, de fermeture. Lorsque la personne est dans cet état, les réponses musculaires peuvent évidemment être fallacieuses. Il existe une manœuvre spécifique pour détecter la commutation et ensuite la technique pour corriger (dé-commutation), au moins temporairement, cet état neurologique.

Lire aussi :  Massage holistique, puissant anti-stress

Ensuite, parmi les techniques de kinésiologie, il y a le délicat réajustement de la valve iléo-cæcale souvent associé à la technique de détection des nurients déficients ou des niveaux d’intoxication aux métaux toxiques. La technique de diagnostic des intolérances alimentaires implique un protocole complet de détection et de traitement des aliments. L’aspect émotionnel est traité par l’utilisation des fleurs de Bach. Dans leur texte, Stegnano, Rondini et Travaglini expliquent bien la technique de l’arc temporel qui est utilisée pour situer dans l’espace-temps les événements traumatiques vécus dans la vie.

Le kinésiologue ou la kinésiologue possède également une forte expertise en médecine traditionnelle chinoise et connaît donc aussi très bien les principaux méridiens. L’analyse porte donc également sur l’état énergétique des organes internes, comme le veut la MTC (médecine traditionnelle chinoise). Les auteurs du texte sont également les créateurs d’une technique spécifique appelée ERT, une méthode de rééquilibrage émotionnel qui travaille sur les problèmes inconscients et conduit à la résolution de ces « nœuds » souvent non manifestes. La technique implique l’analyse des « blessures » à différents niveaux avec des propositions de guérison active jointes qui impliquent une compréhension profonde de la situation (quel élément est asocié, quels organes, quelles émotions principales et secondaires) et l’énonciation d’affirmations pour transformer la situation. Outre la technique, tout le contenu du texte Manuel pratique de kinésiologie appliquée nous pensons qu’il est valable et peut être inséré dans une dimension nouvelle et souhaitée où – comme dans le cas des auteurs – les médecins dialoguent et co-créent avec les praticiens du Shiatsu d’une manière sérieuse et en quelque sorte révolutionnaire.