La vitamine D contribue au bon fonctionnement du système immunitaire. Comment devons-nous le prendre ? Voyons quelle forme est préférable.

Lorsque nous parlons de vitamines, nous avons l’habitude de penser à des substances que nous devons prendre avec la nourriture. Mais il en est une, la vitamine D, que l’on trouve dans très peu d’aliments et dont nous faisons provision grâce aux rayons du soleil. C’est pourquoi de nombreuses personnes doivent aujourd’hui faire face à une carence en vitamine D.

Pas moins de la moitié des Français présentent une carence en vitamine D en hiver. Il existe plusieurs risques, dont certains sont très différents.

L’une d’entre elles est l’ostéoporose, car la vitamine D est nécessaire à la santé des os. Une autre est le fait que le bon fonctionnement du système immunitaire soit compromis.

La vitamine D et le système immunitaire

L’association entre la vitamine D et l’immunité a été exploitée sans le savoir dès le XIXe siècle, lorsque l’exposition à la lumière était utilisée pour traiter la tuberculose. Les bienfaits de cette thérapie n’étaient pas dus à l’action du soleil sur les bactéries pathogènes, mais à la synthèse de la vitamine D induite par la lumière.

Ce n’est que bien plus tard que l’on a découvert que les récepteurs de la vitamine D sont présents à la fois sur les cellules impliquées dans l’immunité innée et sur celles responsables de l’immunité acquise, et qu’en l’absence de doses adéquates de ce nutriment, le risque de maladies auto-immunes telles que la sclérose en plaques et la polyarthrite rhumatoïde est accru.

Lire aussi :  Le rooibos pendant la grossesse : propriétés et avantages

On sait maintenant que la vitamine D joue un rôle dans la défense contre les infections et que les carences en vitamine D sont associées à un risque accru d’infections respiratoires.

À la lumière des connaissances actuelles, il n’est donc pas surprenant qu’en hiver, lorsque la carence en vitamine D est la plus répandue, les gens aient tendance à tomber plus souvent malades.

Comment faire le plein de vitamine D

Comme indiqué plus haut, pour reconstituer vos réserves de vitamine D, vous devez exposer votre peau au soleil. Ainsi, les rayons UV-B de la lumière solaire favorisent la production de cholécalciférol (ou vitamine D3). La vitamine D3 est ensuite transformée en calcifédiol (25(OH)D) et enfin en la forme active qui a un effet positif sur le système immunitaire, le calcitriol (1,25(OH)D).

La réduction du temps passé à l’extérieur et l’utilisation de produits contenant une protection solaire contre les UV pour protéger la peau contre le risque de mélanome entraînent une réduction de la synthèse de la vitamine D dans la peau. Il peut donc être nécessaire de le prendre par voie externe.

Les sources alimentaires de vitamine D ne sont pas nombreuses. On la trouve, par exemple, dans les poissons gras (comme le saumon), les œufs et les produits laitiers. Certains aliments d’origine végétale peuvent également en apporter une certaine quantité, notamment les champignons. Cependant, la vitamine D d’origine végétale est différente de celle d’origine animale.

Lire aussi :  Les mangues dans la cuisine indienne

Les champignons peuvent fournir ce que l’on appelle la vitamine D2, ou ergocalciférol. Les aliments d’origine animale, en revanche, contiennent la même forme de vitamine D que celle qui est synthétisée dans la peau sous l’action des rayons ultraviolets, la vitamine D3.

Malheureusement, il est difficile de garantir des doses adéquates de vitamine D en se fiant uniquement aux quelques aliments qui en contiennent. Il peut donc être nécessaire de prendre des suppléments de vitamine D, les suppléments de vitamine D2 et de vitamine D3 étant actuellement disponibles sur le marché.

 

Parce qu’elle est produite dans la peau, la vitamine D3 est considérée comme la forme la plus naturelle. En outre, la vitamine D3 est également plus biodisponible et plus efficace que la vitamine D2 : elle augmente davantage la concentration de 25(OH)D et se lie mieux aux récepteurs de la vitamine D.

Enfin, la vitamine D3 apporte également d’autres avantages :

 

  • est plus stable, et a une plus grande capacité à résister aux changements de température, d’humidité et de stockage ;
  • est le plus utilisé dans les essais cliniques.

 

Comment reconnaître les suppléments qui fournissent de la vitamine D à partir de sources naturelles ? Si la seule information disponible dans la liste des ingrédients d’un supplément de vitamine D est « vitamine D », il s’agit très probablement d’une vitamine synthétique. La citation d’une source naturelle de la vitamine garantira que celle-ci est d’origine naturelle.

Lire aussi :  Régime Adamski et menu hebdomadaire

Attention aux calcifications

Des doses adéquates de vitamine D peuvent favoriser le bon fonctionnement du système immunitaire et contrer les risques associés aux carences en vitamine D. Cependant, il est important de se rappeler que des doses élevées et prolongées de vitamine D peuvent être associées à la formation de dépôts de calcium dans les tissus mous, par exemple des calcifications artérielles.

Pour éviter cela, il est préférable de choisir des compléments qui contiennent non seulement de la vitamine D3 mais aussi de la vitamine K2. Bien qu’il soit parfois suggéré que ces deux vitamines doivent être prises séparément, les preuves suggèrent que la prise simultanée de ces deux nutriments est plus efficace pour protéger la santé des artères en réduisant la calcification.

La vitamine K2 permet de rediriger le calcium vers les os et les dents, permettant ainsi de maximiser les bienfaits de l’apport en vitamine D3.