Traiter les troubles cutanés avec les fleurs de Bach, à travers les principes transpersonnels

Un mode de vie stressant, une baisse des défenses immunitaires due au stress ou à l’utilisation immodérée ou désordonnée de médicaments, une alimentation de plus en plus riche en levures, sucres, alcool, et la prolifération de virus intestinaux ayant pour origine les facteurs précités, entraînent une augmentation exponentielle des maladies dermatologiques, telles que le lichen scléreux, une maladie chronique causée par le candida albicans, qui était considérée comme une maladie rare il y a quelques années encore et dont l’incidence augmente d’année en année, causant de graves problèmes physiques et psychologiques chez les hommes et les femmes.

La médecine allopathique traite principalement ces problèmes avec des médicaments, surtout des pommades, contenant de la cortisone, qui, bien que très efficace au début, risque à moyen et long terme d’aggraver le problème en ne traitant que le symptôme et en étant immunosuppresseur.

L’homéopathie apporte une contribution très valable aux maladies dermatologiques, et voici quelques remèdes très efficaces : Thuya, pour les défenses immunitaires, Staphisagrya pour l’inflammation, Nitricum Acidum pour les ulcérations et l’eczéma, Soufre pour les éruptions, les démangeaisons, Calendula comme agent apaisant, etc., toujours dans un cadre global de soins personnels et pas seulement pour les symptômes.

Lire aussi :  Huiles essentielles pour l'indigestion

Les Fleurs de Bach apportent également une contribution importante, notamment dans leurs principes transpersonnels étudiés et proposés par le professeur Orozco, qui a considérablement élargi et approfondi l’utilisation des Fleurs dans la sphère physique et physiologique.

L’étoile de Bethléem est recommandée pour toutes les ulcérations et fissures de la peau et tout ce qui peut être considéré comme « traumatique » au niveau de l’épiderme.

Verveine pour les rougeurs et les inflammations.

Pomme de crabe pour tout ce qui correspond aux « impuretés » : plaques, sécrétions, etc.

Eau de roche en cas de durcissement de la peau.

Mimulus avec étoile de Bethléem dans les rétractions.

Saupoudrage en cas de pathologie chronique.

Les élixirs floraux peuvent être appliqués, individuellement ou en cocktails, selon les différentes pathologies, avec des compresses, des gazes ou mélangés à des crèmes neutres ou à base de calendula.

Cette très courte synthèse n’a absolument pas la prétention d’être exhaustive, mais offre seulement une piste de réflexion sur une utilisation des Fleurs de Bach qui transcende le champ d’application le plus courant et qui, s’étant révélée extraordinairement efficace.