Il arrive parfois que nous nous sentions inadéquats, que nous ne fassions pas confiance à nos instincts et à nos capacités, ce qui génère une vision limitée et restrictive de nous-mêmes. Certaines fleurs de Bach peuvent aider à retrouver l’estime de soi et une appréciation positive de soi. Voyons voir lesquels

Les fleurs de Bach pour l’estime de soi sont utilisées en thérapie florale pour traiter le manque de confiance en soi et les sentiments d’insuffisance, favorisant ainsi une évaluation correcte de soi et de son potentiel, et la récupération de la capacité à construire le succès et le bonheur.

Une faible estime de soi constitue un obstacle dans la vie d’une personne et est souvent liée à un décalage entre le moi réel, c’est-à-dire l’évaluation objective que nous faisons de nous-mêmes, et le moi idéal, qui correspond à ce que nous aimerions être. Lorsque ce décalage est très prononcé, la personne peut se sentir découragée et incapable, car les normes auxquelles elle est confrontée sont extrêmement rigides et élevées, souvent encouragées par l’environnement social ou familial dans lequel elle vit.

Cependant, la croyance que nous sommes inadéquats et que nous ne sommes pas à la hauteur des tâches fixées n’appartient pas à notre nature profonde, mais découle de notre relation avec les autres. C’est pourquoi les fleurs de Bach peuvent nous aider à retrouver une véritable vision de nous-mêmes et à guérir les états émotionnels qui découlent du manque d’estime de soi, tels que l’anxiété, l’appréhension, le sentiment d’inadéquation, le manque de confiance en nos propres capacités ;

Qu’est-ce que l’estime de soi ?

L’estime de soi se définit comme « l’évaluation qu’une personne a d’elle-même et qu’elle s’applique à elle-même ». Cette évaluation naît de la relation avec les autres, avec les personnes qui nous entourent, car elles nous donnent une image qui constitue une grande partie de l’idée que nous nous faisons de nous-mêmes. Les parents, la famille, les amis, les enseignants, tous influencent la perception que nous avons de nous-mêmes et, selon les messages que nous recevons, selon ce que les autres nous envoient, nous pouvons nous sentir bons ou mauvais, intelligents ou naïfs, forts ou faibles, indépendants ou nécessiteux.

Lire aussi :  Huiles essentielles pour la bonne humeur

Il est important de souligner que l’estime de soi est un facteur dynamique, qui évolue dans le temps et subit des changements considérables tout au long de la vie. On ne naît pas avec une bonne estime de soi, mais celle-ci doit être cultivée, soignée et entretenue tout au long de la vie. Une estime de soi saine est indépendante du jugement des autres ; elle se caractérise par une connaissance profonde de soi ; elle aide à maintenir les points forts et à améliorer les points faibles ; elle favorise des objectifs stimulants mais non excessifs ; et elle pousse la personne à se confronter à elle-même et aux autres.

Fleurs de Bach pour l’estime de soi

Une faible estime de soi peut être attribuée à un blocage psychologique qui s’établit à la suite d’un conditionnement environnemental. Si, par exemple, un enfant a été grondé à plusieurs reprises, à l’âge adulte, il sera toujours sur la défensive et finira par se croire dans l’erreur, perdant, vaincu dès le départ, avec des idées fixes autolimitatives ;

– Mélèze: selon le Dr Edward Bach, c’est le remède de « ceux qui se considèrent inférieurs aux gens qui les entourent, et moins capables qu’eux-mêmes. Ils s’attendent à échouer et pensent qu’ils ne réussiront jamais. Ils ne prennent donc pas de risques et ne font pas d’efforts pour réussir dans la vie ;

L’individu vit dans le pressentiment d’un échec imminent. Il ne se sent pas capable car il n’a pas confiance en lui, il s’auto-limite et ne se développe pas. Il pense qu’il vaut moins que les autres, qu’il est moins capable, inférieur. Ils ont une personnalité faible, ne savent pas résister aux situations extérieures négatives, souffrent de complexes d’infériorité, d’un manque d’estime de soi et d’auto-évaluation. Il ne prend pas de risque et ne fait pas d’effort, par peur de l’échec, et s’il le fait, il se prépare mentalement au désastre. Il se sent peu sûr de lui, ne peut compter sur lui-même et manifeste diverses peurs liées avant tout à sa propre perception de l’insuffisance et de l’incapacité.

Lire aussi :  4 thés du soir

Le remède enseigne à ne pas se décourager, à évaluer la situation avec pondération et à prendre des initiatives. Nous apprenons à regarder en nous-mêmes, en partant de ce que nous sommes et non de ce que les autres pensent de nous. Récupération de l’estime de soi et évaluation correcte de soi.

Les personnes ayant une faible estime d’elles-mêmes ont peu confiance en elles-mêmes, en leur jugement et en leurs capacités, elles ne font pas confiance à leur voix intérieure, elles manquent d’intuition et de capacité de décision. S’ils doivent prendre une décision importante, ils éprouveront de l’incertitude et le sentiment que le choix qu’ils feront s’avérera mauvais. C’est pourquoi il change facilement d’avis, cherche une confirmation et demande des conseils, qu’il suit ensuite à la lettre, en écoutant peut-être le dernier. Il est un adepte des conventions et des superstitions et se caractérise par sa paresse, son manque d’initiative et de sens pratique. Il estime les personnes de forte volonté qui ont les choses bien en main ;

– Cerato : Selon Bach, ce remède est indiqué « pour ceux qui n’ont pas assez de confiance en eux pour prendre des décisions par eux-mêmes ». Ils demandent toujours conseil aux autres, mais sont souvent induits en erreur par eux ;

Le remède aide à prendre des décisions, favorisant le recouvrement de l’autonomie intérieure, la sécurité et la confiance en soi et en son intuition ;

Dans les relations interpersonnelles et affectives, avoir de l’estime de soi nourrit cette aura enchanteresse qui peut vous rendre irrésistible aux yeux des autres. S’aimer soi-même n’est pas facile et repose sur la connaissance et l’acceptation de soi avec toutes les forces et les faiblesses qui nous caractérisent. Si l’individu a reçu peu d’amour, de l’indifférence ou du rejet de la part des figures significatives de son enfance, il en résulte une insécurité, la peur de ne pas être aimé par les autres et une dévalorisation de son identité.

– Holly : selon le père de la florithérapie, c’est le remède « pour ceux qui, parfois, sont assaillis par des sentiments tels que l’envie, la jalousie, la vengeance, la suspicion. Ces personnes peuvent souffrir énormément, souvent sans véritable raison de leur malheur » ;

Lire aussi :  Ribes Nigrum et autres remèdes contre les allergies

L’individu souffre d’un sentiment d’infériorité et a peur de l’opinion des autres, mais il masque cela par une carapace dure. Il s’estime peu et a l’impression que le monde est contre lui. Séparé de l’amour, son cœur est fermé et durci, il ne fait confiance à personne. Il ne reconnaît plus la partie aimante de lui-même et des autres. Il ne se sent pas aimé et donc il n’aime pas. Il déteste, même violemment, il voit la négativité et l’opposition partout. Jaloux et pointilleux, susceptible, autoritaire, grossier dans la communication, les relations sociales sont appauvries, les relations interpersonnelles difficiles. Conditionné par les expériences passées, il se nourrit de grandes peines et de déceptions, qui ont produit en lui un « blocage du cœur », il a tendance à préjuger et à généraliser les situations, à ruminer des formes de vexation et de confabulation au détriment des autres. Il a peur de souffrir et d’être exclu : c’est une douleur sourde et furieuse.

Le remède développe l’amour de soi, c’est-à-dire l’estime de soi, et fait taire cette voix aigre qui nous pousse à nous mesurer constamment aux autres et à les suspecter. Il donne le charme de ceux qui s’aiment et sont prêts à aimer les autres. Récupération de la capacité à aimer, à s’accepter et à s’estimer soi-même et les autres, rééquilibrage de l’affectivité. Ouvre le cœur à l’amour et à la compassion. Élimine ou atténue les sentiments négatifs envers les autres. Apporte l’amour là où il semble faire défaut, protège contre sa propre négativité.