La cuisine russe est à découvrir, avec des plats phares remarquables. Avec ses soupes, son gibier, ses excellents champignons grillés, sa vodka de qualité supérieure, son caviar de premier ordre et sa pâtisserie de niveau international, la cuisine russe mérite que l’on s’y attarde.

Russie : tradition culinaire

Lorsque nous parlons de la Russie, nous faisons référence à la plus grande nation du monde, à un immense territoire, plus grand que quelques continents, qui s’étend et se prolonge à travers diverses zones climatiques, notamment des chaînes de montagnes, des zones de taïga, des zones semi-désertiques, de vastes lacs et rivières, des steppes, des côtes sans fin, des villes.

Le climat est généralement très rude, seules les régions proches du Caucase et de l’Asie centrale connaissent des périodes de chaleur notable. Dans cette nation-continent sont inclus de nombreux groupes ethniques différents, des traditions uniques qui apportent avec elles des héritages culinaires des cultures voisines : nous avons l’influence slave et nord-européenne, l’influence lapone, l’influence intérieure sibérienne (uralo-altaïque), l’influence turco-congolaise, l’influence chinoise, et enfin l’influence perse, arabe et d’Asie centrale dans le sud.

Lire aussi :  Cuisine colombienne : caractéristiques et principaux aliments

Au niveau culinaire, on peut donc ressentir cette immense diversité de traditions, de disponibilité des ingrédients et de méthodes culinaires, même si, à un certain moment, il y a eu une tendance à l’uniformisation et plutôt à l’aplatissement, d’abord en raison du soviétisme, puis de la culture internationale dominante.

Cuisine russe : plats typiques

Cependant, certaines traditions endémiques restent fortes en Russie, et elles définissent les plats typiques.

En principe, les ingrédients disponibles sur le territoire russe étaient plutôt limités et d’origine paysanne : viande d’élevage et de gibier ; œufs, lait et autres sous-produits animaux ; racines et tubercules ; champignons et quelques légumes à feuilles vertes ; baies et miel ; poissons de mer et de rivière ; nombreuses céréales (blé, seigle, millet).

La culture paysanne des soupes est restée dans la cuisine nationale, et nous pouvons en trouver beaucoup sur les menus des restaurants, certaines chaudes et d’autres froides. Un exemple de soupe chaude est le shchi, une soupe de chou et d’oignon que l’on laisse épaissir à feu doux. On y ajoute généralement de la viande, des champignons, des tubercules, quelques épices ou de la smetana, une crème de lait épaisse et aigre.

L’okroshka est la soupe froide la plus célèbre, à base de kvass, une boisson fermentée non alcoolisée à base de céréales, dans laquelle on ajoute des légumes comme les pommes de terre et des herbes comme le pissenlit, ainsi que de la viande ou du poisson. Il est généralement accompagné de l’omniprésent concombre fermenté.

Lire aussi :  Cuisine d'Asie centrale : caractéristiques et principaux aliments

Les salades sont également populaires, la plus connue étant bien sûr la salade russe ou salade Olivier. La viande est populaire : rôtis à la broche, boulettes de viande dans du bouillon, pelmeni (très similaires à nos tortellini), ainsi que le pain et le porridge.

Où manger en Russie (dans la rue ou dans un restaurant)

Il y a très peu de restaurants russes dans le monde : comme je l’ai dit, la cuisine russe d’aujourd’hui n’est qu’une version raffinée des méthodes culinaires européennes importées de l’ancienne tradition paysanne dans laquelle les gens souffraient du froid et devaient se contenter de navets, de tubercules, de poissons et de soupes chaudes.

Les meilleurs restaurants de Russie proposent une cuisine étrangère, mais il existe bien sûr des restaurants locaux, des auberges, où vous pourrez déguster des plats typiques. Dans le sud, la cuisine traditionnelle arménienne, azerbaïdjanaise et turkmène s’y mêle et la variété des plats et des goûts augmente considérablement.

A ne pas manquer en Russie

La qualité du poisson est remarquable et le caviar est de la plus haute qualité. Il en va de même pour la vodka, qui ne ressemble en rien à ce que nous buvons en dehors de la Russie. Un voyage en Russie est aussi l’occasion de découvrir de nouvelles saveurs et d’affiner son palais. S’habituer à la smetana peut élargir nos horizons sensoriels.

Lire aussi :  Utilisations inhabituelles des haricots

Ce qu’il faut éviter de manger en Russie

Si nous voyageons à bas prix, nous tombons souvent sur des soupes de viandes diverses et de légumes mélangés qui sont difficiles à avaler. Il est préférable d’opter pour la cuisine locale, en évitant les aliments importés et les tentatives d’imitation d’autres cuisines, qui se soldent généralement par une déception.

Conseils et curiosités

Si seules quelques soupes et salades sont remarquables, le gibier est généralement de grande qualité, tout comme la pâtisserie. Chaque ville possède sa propre école de pâtisserie, mais le niveau est généralement élevé.