Ce qu’est l’anémie, semble-t-il, est plus ou moins clair pour tout le monde. Mais les principaux types d’anémie, et ce qui les différencie les uns des autres, ne sont peut-être pas entièrement connus. Précisons les principaux types d’anémie.

Les gens pensent à des petites filles pâles et émaciées, ou stigmatisent les végétaliens avec des phrases catastrophiques telles que « mais où trouvez-vous le fer » …

L’anémie est une maladie bien connue, mais peut-être seulement superficiellement : elle est grave parce que l’anémie signifie que nos cellules ne reçoivent pas la bonne quantité d’oxygène et ont donc du mal à vivre.

L’anémie est généralement définie comme un manque d’hémoglobine et de fer dans le sang : l’hémoglobine, grâce au fer qu’elle contient, transporte l’oxygène vers les cellules et absorbe le dioxyde de carbone, un déchet du métabolisme.

Il existe plusieurs types d’anémie, et tous ne dépendent pas de l’alimentation.

Pour ne pas se perdre dans le dédale de la médecine, voyons brièvement les principaux types d’anémie, classés en fonction de la cause de l’anémie.

Les principaux types d’anémie : l’anémie ferriprive

Le fer est un composant essentiel de l’hémoglobine, car c’est lui qui se lie à l’oxygène et l’échange avec le dioxyde de carbone. Si je perds du sang à cause d’une hémorragie, si je ne reçois pas suffisamment de fer par une alimentation appropriée, l’hémoglobine produite dans la moelle osseuse ne sera pas efficace pour transporter l’oxygène et une anémie ferriprive peut se produire.

Symptômes :

Faiblesse générale.

Fatigue facile.

Inappétence.

Brûlures d’estomac.

Douleurs névralgiques.

Picotements dans les mains et les pieds.

Palpitations.

Ongles et cheveux plats ou concaves et cassants.

Qui est le plus à risque ? Ceux qui souffrent de :

Les femmes ayant des flux menstruels abondants ou fréquents.

Lire aussi :  L'anémie, ses conséquences sur la santé

Présence d’ulcères.

Présence de polypes intestinaux.

Cancer du côlon.

Les régimes carencés en fer.

Malabsorption intestinale, maladie cœliaque.

Présence de saignements.

Hémorroïdes qui saignent.

Une supplémentation adéquate en fer permet de guérir l’anémie, à condition que les pertes de sang qui l’ont provoquée puissent également être éliminées.

Anémie, les principaux types : anémie secondaire (chronique)

L’anémie secondaire est définie comme une anémie qui est la conséquence d’autres maladies : maladies chroniques telles que le SIDA, le cancer, l’hépatite, les maladies infectieuses ou inflammatoires, ou d’autres maladies chroniques.

Il existe une anémie secondaire, physiologique, pendant la grossesse, causée par l’augmentation du volume de sang circulant dans le corps de la femme enceinte.

Symptômes :

La même chose que l’anémie primaire.

Plus les symptômes de la maladie prédisposante.

Qui est le plus à risque ? Ceux qui souffrent de :

Infections subaiguës et chroniques (tuberculose, endocardite lente, syphilis congénitale).

Rhumatismes articulaires aigus.

Polyarthrite chronique évolutive.

Insuffisance rénale chronique (urémie).

Leucémie.

Lymphogranulome malin.

Insuffisance hépatique.

Maladies endocriniennes

Avitaminose

L’anémie secondaire est rarement grave et son traitement et sa guérison dépendent directement de ceux de la maladie causale.

L’anémie, les principaux types : l’anémie aplastique

L’anémie aplastique est due à une capacité limitée de la moelle osseuse à produire les trois types de cellules sanguines (globules rouges, globules blancs et plaquettes). L’anémie aplastique peut mettre la vie en danger.

Les symptômes sont typiques de l’anémie. Qui est le plus à risque ?

Les sujets atteints d’hépatite.

Sujets exposés à des toxines chimiques.

Les personnes qui suivent un traitement avec certains médicaments.

Présence de tumeurs.

Anémie, les principaux types : anémie hémolytique

Dans l’anémie hémolytique, les globules rouges sont détruits – dans la rate – à un rythme si rapide que la moelle osseuse ne peut les remplacer ; elle survient lorsque la durée de vie moyenne des globules rouges est inférieure à environ deux semaines.

Symptômes :

Malaise.

Frissons.

Fièvre.

Maux de tête.

Epistaxis (saignement de nez).

Hématurie (sang dans les urines).

Douleurs abdominales.

Douleur dans les articulations.

Jaunisse (coloration jaune plus ou moins intense de la peau et des muqueuses).

Lire aussi :  Les effets d'une séance de pranothérapie

Tachycardie.

Vertiges.

Dans l’hémolyse chronique : ictère parfois peu perceptible ou absent, splénomégalie (augmentation du volume de la rate) et hépatomégalie (augmentation du volume du foie).

Qui est le plus à risque. Des gens avec :

Maladies auto-immunes.

Les maladies infectieuses, telles que la pneumonie virale.

La septicémie streptococcique.

L’intoxication par des produits chimiques (également les drogues et le venin de serpent).

La guérison peut se produire spontanément, après la guérison de la maladie « à risque », mais une transfusion sanguine importante peut l’accélérer.

Anémie, les principaux types : anémie hémolytique – érythroblastose fœtale

Un cas particulier d’anémie hémolytique est l’érythroblastose fœtale, également appelée anémie hémolytique du nouveau-né. Il s’agit d’un syndrome hémolytique dont la cause est liée au facteur sanguin Rh (une protéine présente à la surface des globules rouges des personnes du « groupe » RH positif).

Lorsque la mère est Rh-négatif, le père Rh-positif et le fœtus Rh-positif, de petites quantités de sang fœtal atteignant la circulation sanguine de la mère à travers le placenta ou lors de l’accouchement provoquent une sensibilisation maternelle, c’est-à-dire induisent la formation d’anticorps contre la protéine RH dans le sérum sanguin de la mère qui, s’ils pénètrent dans la circulation sanguine du fœtus, provoquent une hémolyse.

En général, lors de la première grossesse dans ces conditions, le nouveau-né est sain (car normalement la sensibilisation maternelle est une conséquence de la naissance), l’érythroblastose fœtale n’apparaît que lors de la deuxième grossesse et s’aggrave lors des grossesses suivantes, toujours lorsque la mère est RH-négative et le fœtus RH-positif.

Symptômes chez les nouveau-nés :

Hydrops congénital, c’est-à-dire œdème généralisé.

Hydramnios (excès de liquide amniotique).

Hépatomégalie et splénomégalie.

Le bébé est mort-né ou meurt peu après la naissance.

Jaunisse sévère avec liquide amniotique jaune et jaunisse survenant peu après la naissance. Les chances de survie du bébé dépendent du degré d’anémie : un dixième des bébés atteints d’une jaunisse prolongée présentent des lésions cérébrales permanentes.

La seule thérapie utile est la transfusion sanguine au fœtus, avant sept mois et demi, et l’exsanguino-transfusion (remplacement total du sang) au nouveau-né.

Lire aussi :  Les enfants et la méditation : essayons quelques techniques

Afin d’éviter une sensibilisation stable, la prophylaxie de l’érythroblastose fœtale est réalisée soit en empêchant les femmes Rh-négatives de recevoir des transfusions de sang Rh-positif dès la petite enfance, soit en les vaccinant avec des anticorps anti-Rh immédiatement après chaque naissance (immunoprophylaxie passive).

L’anémie, les principaux types : l’anémie méditerranéenne

Également connue sous le nom d’anémie de Cooley, de maladie de Cooley ou de thalassémie, l’anémie méditerranéenne est une maladie hémolytique héréditaire qui survient chez des individus homozygotes récessifs, c’est-à-dire des individus pour lesquels le gène récessif de la maladie est présent chez le père et la mère qui sont des porteurs sains.

Symptômes :

Splénomégalie.

Hépatomégalie.

Crise fébrile.

Décalcifications osseuses ou épaississement poreux des os de la voûte crânienne.

Apparence mongole.

Retard de croissance.

Chez les individus hétérozygotes récessifs (porteurs « sains »), on observe des formes légères et bénignes d’anémie.

Anémie, les principaux types : anémie pernicieuse

Également appelée anémie de Biermer-Addison, il s’agit d’une maladie chronique spontanée caractérisée à la fois par la présence de gros globules rouges et par un blocage de leur maturation.

La maladie se manifeste le plus souvent entre 40 et 70 ans et est probablement due à l’absence d’une enzyme – le facteur intrinsèque de Castle – qui est nécessaire à l’absorption de la vitamine B12 contenue dans les aliments d’origine animale.

Symptômes :

Syndrome anémique.

Inappétence.

Vomissements.

Diarrhée.

Douleurs abdominales.

Inflammation de la langue.

Picotements dans les jambes.

Dans la plupart des cas, le traitement à la vitamine B12 conduit à la guérison, mais doit être poursuivi pour éviter les rechutes. Non traitée, l’anémie pernicieuse a des conséquences très néfastes sur la santé, voire mortelles.